A Neuchâtel, le médecin cantonal, Claude-François Robert, a pris la décision de mettre en quarantaine pendant deux semaines un enfant de dix ans qui était entré en contact en France avec un autre cas confirmé de coronavirus.

La question s'est également posée pour deux autres élèves du canton rentrés récemment de Chine. Renseignements pris, ils ne présentaient toutefois aucun risque d’exposition au coronavirus ni de symptôme de maladie respiratoire - et ont donc échappé à la quarantaine.

Trois questions au praticien neuchâtelois sur cette mesure.

Lire aussi:  Aux Contamines, contre mauvais virus bon coeur

Le Temps: Qu’est-ce qui justifie cette mise en quarantaine?

Claude-François Robert: Cet enfant a voyagé pendant environ vingt-sept minutes dans un bus à moins de deux mètres d’un autre enfant testé positif au coronavirus. Or, après plus de quinze minutes à moins de deux mètres, nous considérons qu’il rentre dans la catégorie «contact étroit», qui justifie une mise en quarantaine.

Lire également: Trois scénarios de sortie d’épidémie

Comment cette quarantaine va-t-elle se dérouler?

Ce n’est pas un isolement total. L’enfant ne présente pas de symptômes et n’est pas considéré comme contagieux. Il devra toutefois rester seul dans sa chambre pendant deux semaines, avec une infirmière qui passera le voir tous les jours. Ses parents ont été briefés pour surveiller sa température. Pour les repas, ils devront lui apporter sa nourriture en chambre et il portera un masque. L’entourage doit éviter les contacts étroits.

L’enfant devra rester seul dans sa chambre pendant deux semaines, avec une infirmière qui passera le voir tous les jours

Claude-François Robert

N’est-ce pas difficile pour un enfant de 10 ans d’être ainsi confiné à l’isolement?

Même si la charge virale est probablement faible, le coronavirus est une maladie que l’on découvre encore. Il faut rester prudent. Les parents de l’enfant sont collaborants, une infirmière s’occupera du suivi au jour le jour et nous allons essayer de soutenir cet enfant du mieux que nous le pouvons en lui expliquant pourquoi ces mesures sont nécessaires.