Un nombre anormal de truites mortes ou malades a été signalé dans le Doubs. Comme l’an dernier, les premiers poissons touchés l’ont été dans la partie franco-suisse de la rivière qui s’écoule par ailleurs aussi une quinzaine de kilomètres uniquement sur sol jurassien.

Dans la partie jurassienne, les premiers constats ont été faits par le garde-faune la semaine passée, a indiqué mardi l’Office cantonal de l’environnement. Il est pour l’heure impossible de diagnostiquer la cause de ces pertes. Celles-ci interviennent au sortir de la période de reproduction, alors que les poissons sont particulièrement fragiles.

Plusieurs facteurs peuvent affaiblir le poisson, précisent les autorités jurassiennes. Ce qui faciliterait l’attaque létale de champignons qui se présentent sous la forme de taches blanchâtres. Des prélèvements d’eau ainsi que des truites vivantes porteuses du champignon ont été recueillis à fins d’analyse.

Une procédure complémentaire est menée côté français. Les autorités des deux rives du Doubs collaborent.