Tessin

Un nouveau visage au gouvernement tessinois

La surprise des élections cantonales est l’arrivée du PDC Raffaele De Rosa à l’exécutif, au détriment de l’ancien conseiller d’Etat Paolo Beltraminelli

Dimanche en début de soirée, Paolo Beltraminelli avait déjà envoyé un SMS de félicitations à Raffaele De Rosa. Lorsque les bulletins de vote de près de 90 communes tessinoises sur 115 avaient été dépouillés, le conseiller d’Etat PDC semblait sérieusement sur le point d’être éjecté du gouvernement au profit du deuxième candidat sur la liste PDC.

Depuis la commune de Riviera, dont il est maire, celui-ci a exprimé sa joie et rappelé la volonté de changement manifestée au sein même du parti. Député au Grand Conseil depuis 2003, 46 ans, père de deux enfants, Raffaele De Rosa est directeur de l’Entité régionale pour le développement de la région de Bellinzone et des vallées (ERS-BV) depuis 2011.

Paolo Beltraminelli pas réélu

Paolo Beltraminelli, désormais ex-directeur du Département de la santé et des affaires sociales, a eu une législature difficile, notamment à cause du scandale Argo 1, qui a secoué le canton. Les autres conseillers d’Etat sont réélus. Norman Gobbi (Lega, directeur du Département des institutions) devrait recueillir le plus de votes, suivi de son collègue léguiste Claudio Zali (Territoire), puis du PLR Christian Vitta (Finances), du nouveau venu PDC Raffaele De Rosa et, enfin, du socialiste Manuele Bertoli (Education).

Lire aussi: La gauche menacée au gouvernement tessinois

La Ligue des Tessinois, qui a bénéficié de son alliance avec l’UDC, réaffirmait sa domination, malgré une légère baisse des voix, avec près de 29% des votes selon les prévisions. Le PLR arriverait en deuxième position avec près d’un quart des voix, suivi du PDC (plus de 20%) et des socialistes (16%).

Le socialiste Manuele Bertoli sauve son siège

Par rapport aux élections de 2015, la Ligue des Tessinois et les libéraux-radicaux perdaient des plumes, tandis que PDC et socialistes gagnaient des points. Candidat socialiste au Conseil d’Etat, Fabrizio Sirica était d’humeur joyeuse. «Malgré la campagne agressive menée par le PLR et la Ligue des Tessinois pour nous sortir du gouvernement, notre conseiller d’Etat a été aisément réélu, alors que ces partis ont régressé.»

Seuls quelques pourcentages en moins auraient pu exclure la gauche de l’exécutif cantonal, après environ cent ans de présence. Sur les ondes de la RSI, Manuele Bertoli a aussi exprimé son soulagement, soulignant l’importance de consolider le front rouge-vert.

Président du PDC, Fiorenzo Dado s’est aussi réjoui des résultats de son parti et a félicité Raffaele De Rosa. «Nous allons maintenant travailler avec lui et nous verrons ce qui changera.» Il se dit cependant désolé pour Paolo Beltraminelli avec qui «il a très bien travaillé». «Paolo a été traité injustement au cours de cette législature et a été durement attaqué par la presse.» Fiorenzo Dado souligne encore le succès du parti catholique. «Après trente ans de déconfiture, la tendance s’est aujourd’hui renversée, contrairement aux prévisions des sondages. Le travail de ces quatre ans a payé.»

Pas de percée des Verts

Première candidate au Conseil d’Etat sur la liste des Verts, Samantha Bourgoin regrette que le gouvernement élu soit de nouveau exclusivement masculin. «Nous devrons encore travailler fort pour que cela change dans quatre ans. Cela dit, plus de femmes étaient candidates et nombreuses étaient les candidates potentielles, et non alibi.» Contrairement aux cantons de Zurich, Lucerne et Bâle-Campagne, les Verts ont perdu quelques pourcentages de votes. Les résultats concernant le parlement seront connus lundi.

A ce sujet: Au Tessin, gouverner reste une affaire d’hommes

Publicité