Elections

Un parti qui traverse une passe difficile

Hormis les relations Suisse-UE, qui resteront floues encore un moment, les thèmes de prédilection de l’UDC ne figurent pas parmi les principales préoccupations du moment. Cela se traduit dans les résultats électoraux

Le revers électoral subi par l’UDC ce week-end à Zurich traduit la passe difficile que traverse le parti. A l’exception des relations entre la Suisse et l’UE, aucun de ses thèmes de prédilection ne figure tout en haut de l’agenda électoral. Le baromètre de la SSR publié le mois dernier place les primes d’assurance maladie au premier rang. Sentant qu’elle n’avait aucun profit politique à tirer d’une hausse des franchises jugée inacceptable par une bonne partie de la population, l’UDC a finalement renoncé à la soutenir.

L’Europe vient en deuxième position. La consultation sur l’accord institutionnel arrive à son terme. On peut cependant imaginer que la situation restera floue encore de longs mois, de sorte que l’UDC peinera à gagner des parts électorales en se présentant comme la seule garante de l’indépendance de la Suisse par rapport à l’UE, car toutes les formations politiques ont émis des réserves envers le projet d’accord cadre. Quant à son initiative en faveur de l’abolition de la libre circulation des personnes, elle ne sera pas soumise au peuple avant l’année prochaine.