aviation

Un PC-7 de l'armée s'est écrasé dans les Alpes bernoises

L'avion disparu depuis mardi matin a été localisé dans la région du Schreckhorn, au-dessus de Grindelwald, dans les Alpes bernoises. Le sort du pilote est pour l'heure inconnu et les conditions météorologiques compliquent actuellement les recherches

Le PC-7 de l’armée disparu depuis mardi matin a été localisé vers 16h près du Schreckhorn, au-dessus de Grindelwald, dans l'Oberland bernois. Le sort du pilote, seul à bord, n'est pour l'heure pas connu. L'armée a encore bon espoir de le retrouver vivant. On ignore si l'avion s'est crashé ou si le pilote est parvenu à atterrir en catastrophe. Tout au plus les responsables des Forces aériennes ont-ils pu affirmer mardi devant les médias à Berne que l'appareil est désormais localisé. Les secours se rendent sur place, mais leur progression est momentanément stoppée à cause des conditions météorologiques, ont-ils ajouté.

L'avion avait décollé peu après 8h de Payerne et aurait dû se poser à Locarno peu après 9h. Le commandant des Forces aériennes Aldo Schellenberg a été informé vers 16h de la localisation de l'appareil, a-t-il indiqué. Le PC-7 n'a pas de siège éjectable, mais le pilote, en l'occurrence un officier de milice, aurait très bien pu s'en extraire et sauter en parachute.

Contacté par l'ats, le surveillant de la cabane du Stockhorn a indiqué qu'il avait entendu l'avion passer à proximité mardi matin. «En revanche, je n'ai pas entendu le bruit d'un crash ou quoi que ce soit de semblable», a commenté Richard Riedi. «En ce moment, le temps est mauvais et brumeux, on ne voit rien», a-t-il ajouté.

Un vol d'entraînement

Les recherches aériennes avaient commencé autour de 10h. Trois hélicoptères équipés de caméras thermiques étaient engagés, de même qu'un autre avion PC-7 et un jet de la police militaire. L'analyse des données radar a permis de limiter la zone de recherche au secteur du Schreckhorn. Il s'agissait d'un vol d'entraînement, comme il y en a des milliers dans cette zone au-dessus des Alpes, a précisé Peter Bruns, chef de l'engagement des Forces aériennes. Et d'assurer que les conditions météo n'étaient pas hors normes pour la région quand le pilote a pris la direction de Lugano. Le plan de vol a d'ailleurs été approuvé par l'armée.

La justice militaire a ouvert une enquête. Depuis 2013, pas moins de six accidents liés à l'armée de l'air se sont produits. Interrogé, Aldo Schellenberg a souligné que selon les investigations réalisées à ce jour, les événements tragiques survenus au cours des dernières années avaient des causes et explications différentes.

Un avion à hélice

Les gradés n'ont pas donné de précision sur les causes de l'accident, ni sur l'identité du pilote. Ils ont toutefois assuré que celui-ci avait suivi une formation adéquate, était expérimenté et faisait l'objet d'évaluations régulières. Toute nouvelle information sera communiquée sans délai, ont-ils promis.
En règle générale, les vols de PC-7 ne sont pas suivis en permanence au radar. Le pilote s'annonce au départ puis à l'arrivée.

Le PC-7 est un avion militaire d'entraînement à hélice conçu dans les années 1970 par Pilatus Aircraft. Il est prisé pour la formation des pilotes. Le modèle, modernisé au cours des dernières années, est utilisé depuis 1982-1983 par les Forces aériennes. Sur 40 appareils employés à l'origine, 28 étaient toujours en activité en 2014, selon des informations recueillies sur le site de l'armée de l'air.


Une série noire pour l'armée suisse


Publicité