«Ce projet n'aurait pas été possible il y a dix ans!» A quelques jours de son départ à la retraite, le secrétaire d'Etat à la recherche, Charles Kleiber, était particulièrement ravi, mercredi, de présenter SystemsX.ch, un partenariat inédit entre huit universités, trois instituts de recherche, des agences spécialisées et l'industrie.

«Ce projet est devenu possible parce que les hautes écoles ont appris à travailler ensemble», poursuit Charles Kleiber. SystemsX.ch est une initiative originale dans un domaine innovant: la biologie systémique (voir encadré). Pour Charles Kleiber, ce thème a été retenu parce qu'«il s'agit de la discipline d'avenir qui permettra de faire progresser les sciences de la vie.»

Cette initiative valorise des investissements réalisés ces dernières années et fait coopérer les Ecoles polytechniques, les Universités de Bâle, Zurich, Lausanne, Genève, Berne et Fribourg, l'Institut Paul-Scherrer et deux autres instituts. Est ainsi créé un pôle de recherche national de grande ampleur.

Financement mixte

SystemsX.ch reposera sur un financement mixte public et privé. Une contribution fédérale de 200 millions lui est attribuée dans le cadre des crédits de recherche 2008-2011 que le parlement a votés cet automne. La moitié de cette somme est versée pour soutenir la coopération universitaire dans ce domaine de recherche, mais uniquement à condition que les hautes écoles fournissent un montant équivalent durant la même période. Pour Charles Kleiber, cette cautèle garantira la qualité des projets retenus. Les autres 100 millions sont destinés au financement des travaux du Département de science biosystémique installé à Bâle.

Des contributions de l'industrie, notamment des pharmas, sont également attendues. A ce jour, 8 millions ont été engagés. «Au total, ce sont ainsi plus de 300 millions qui seront investis d'ici à 2011», souligne Ralph Eichler, président de l'EPFZ et président du conseil de surveillance de SystemsX.ch. A terme, il espère que les investissements monteront à 400 millions.

Quarante doctorats et quarante projets pilotes interdisciplinaires bénéficieront de ce soutien financier ces prochaines années, chacun touchant entre un et cinq millions de francs, ajoute-t-il. SystemsX.ch est conçu comme un réseau ouvert, que d'autres partenaires pourront rejoindre et qui sera placé sous la responsabilité scientifique du professeur Rudolf Aebersold, de l'EPFZ.