La Suisse est désormais touchée par le coronavirus. L'Office fédéral de la santé publique (OFSP) a confirmé en fin d'après midi ce mardi l'existence d'un premier cas.

Le patient s'est infecté dans la région de Milan lors d'une manifestation le 15 février. Les premiers symptômes sont apparus deux jours plus tard, a expliqué Pascal Strupler, directeur de l'OFSP.

L'homme est resté dans sa famille depuis. Il est maintenant en isolement à l'hôpital. Les personnes qui sont entrées en contact avec lui seront testées et placées en quarantaine, afin de surveiller leur état au cours des quatorze prochains jours, a indiqué Daniel Koch, responsable des maladies infectieuses à l'OFSP. Celui-ci a ajouté qu'on ignore si le patient a pu infecter d'autres individus: «Nous ne pouvons donc pas le qualifier de patient zéro».

Pas de conseil quant aux déplacements

Les responsables ne veulent pas déconseiller aux voyageurs et travailleurs de se rendre dans le nord de l'Italie: «Chacun doit se renseigner sur la destination vers laquelle il se dirige et décider quelles mesures de prudence prendre», ajoute Daniel Koch.

Lire aussi: Pour endiguer l’épidémie de coronavirus, l’Italie traque le patient zéro

Lundi, le ministre de la santé Alain Berset a annoncé un renforcement des mesures de lutte contre le virus après la propagation de la maladie en Italie. Les tests sur des personnes présentant des symptômes de type grippal sont intensifiés, particulièrement dans les hôpitaux tessinois.

Des tests seront possibles directement au Tessin, avec un résultat dans les deux heures, ce qui doit permettre de gagner du temps dans les cas suspects. Une campagne d'information, avec des flyers et des affiches, a été lancée aux frontières et dans les aéroports à l'intention des voyageurs et des pendulaires.

Retrouvez nos principaux articles sur le virus

Le canton du Tessin a lui indiqué être prêt. Certains cas suspects ont déjà été repérés, selon le médecin cantonal tessinois.

Alain Berset s'est rendu mardi à Rome pour une conférence, qui réunit les ministres de la santé italien et des pays voisins. Outre la Suisse et l'Italie, la France, l'Allemagne, l'Autriche et la Slovénie y envoient également un représentant.