Il est désormais possible de savoir si l’on est atteint par le coronavirus en moins de cinq minutes, sans sortir de sa voiture. Yverdon-les-Bains a en effet ouvert ce jeudi matin le premier drive-in de test du Covid-19 de Suisse romande. Installé à l’arrière du bâtiment central de l’hôpital de la ville, le dispositif permet «d’offrir à la population un autre système de dépistage, avec une prise en charge aussi facile que rapide», selon les termes de Jean-François Cardis, directeur général des Etablissements hospitaliers du Nord vaudois (eHnv). Il précise que la mise en place s’est faite dans le respect des normes édictées par l’Office fédéral de la santé publique (OFSP).

Lire aussi: Grâce à son drive-in, Berne veut faciliter les tests

Le drive-in est ouvert sept jours sur sept sur inscription. Le processus est simple. Une personne qui ressent au moins un des symptômes du Covid-19 peut se rendre sur le site internet www.ehnv.ch/drive-in pour répondre au questionnaire Coronacheck, sans obligation d’un avis médical. Un rendez-vous lui sera donné pour le lendemain. «Une fois sur place, après un contrôle d’identité, un prélèvement est effectué au fond du nez. Il est ensuite analysé au laboratoire de microbiologie situé à quelques mètres seulement du drive-in», explique Aurélie Jayol, directrice des laboratoires des eHnv et cheville ouvrière du projet.

Cette proximité entre les sites est l’un des atouts du projet. «Le résultat est transmis trois heures seulement après le test», assure le directeur médical des eHnv, Julien Ombelli. S’il est négatif, la personne va recevoir un simple e-mail. Mais s’il est positif, une cellule, supervisée par un médecin, va appeler le malade pour le prendre en charge, répondre à ses questions, lui donner des conseils, voire organiser la quarantaine pour lui et sa famille.

Ouvert à tous les Romands

Le drive-in va commencer par effectuer entre 20 et 30 tests par jour, pour monter en puissance afin d’atteindre une capacité de 100. «En cas de besoin, nous pourrions ouvrir une seconde ligne de tests et arriver à 200», relève encore Julien Ombelli, qui précise que le dispositif n’est pas réservé aux gens de la région du Nord vaudois, mais est également ouvert aux habitants des autres cantons. Le test coûte 120 francs et est remboursé par l’assurance maladie de base.

Si le projet yverdonnois est novateur en Suisse romande, le système existe déjà dans plusieurs cantons alémaniques. Ainsi, le 2 avril, Berne était le premier à ouvrir un drive-in de dépistage accessible sur simple inscription, sans ordonnance d’un médecin. Avalisé par la Confédération, le projet, pilote au niveau national, avait pourtant laissé sceptiques les autorités sanitaires de Suisse romande. Genève avait par ailleurs dit non à un projet similaire proposé par un acteur privé.

Lire également: La Suisse passe en mode «endiguement strict»

Après discussions, le canton de Vaud a finalement donné son feu vert à celui proposé par les eHnv. «La mise sur pied d’un drive-in n’était pas dans notre planification, admet le médecin cantonal vaudois Karim Boubaker. Nous sommes ici dans l’accompagnement d’un projet local. Il faut reconnaître qu’il est aujourd’hui en phase avec les nouvelles directives de l’OFSP, visant à tester le plus de monde possible. Nous verrons si un tel système intéresse à l’avenir d’autres centres de tests régionaux.»