A peine les braises du «t-shirt de la honte» éteintes qu’un nouveau feu couve au sein de l’enseignement secondaire genevois. Depuis quelques semaines, on s’agite sur la Toile à grands coups d’invectives ou de louanges pour donner son avis sur une constellation de conspirationnistes romands. Médiatisé par Le Temps en mai, le groupe a récemment refait surface à la faveur d’une infiltration menée par un journaliste de Heidi. news.