Conseiller en Ethiopie

Bernard Dafflon voyage beaucoup. Il revient d’Ethiopie, où il a fait office de conseiller en finances publiques. «En 2001, les pays structurés de manière fédérale ont constitué le Forum des Fédérations, dont Arnold Koller avait été le président. Dans ce cadre, j’ai eu l’occasion de traiter la question des finances publiques, notamment lors d’une réunion qui a eu lieu à Addis Abeba. Le gouvernement éthiopien menait alors des discussions internes sur les transferts financiers entre les régions. Il m’a demandé mon avis», raconte-t-il.

Sa connaissance des finances publiques n’a pas échappé aux responsables de l’université de la capitale éthiopienne. «Ils avaient de la peine à trouver quelqu’un pour donner un cours de niveau doctorant sur les finances publiques. Un étudiant a reçu une bourse de la Banque mondiale pour faire un travail de doctorat sur le fédéralisme financier en Ethiopie. Il est venu plusieurs années de suite à Fribourg. Voilà comment je me suis intéressé à ce pays», complète-t-il.

Cette solution fédéraliste a joué un rôle important. Elle a calmé le jeu entre les ethnies. «C’est un pays qui est relativement en paix dans une région, la Corne de l’Afrique, particulièrement tourmentée», constate l’académicien fribourgeois. Il se rend en Ethiopie au moins une fois par an.

Il a également prodigué ses conseils en matière de finances publiques et de décentralisation dans plusieurs pays ex-communistes, notamment en Lithuanie, en Estonie, en Hongrie et en Albanie, mais aussi ailleurs, par exemple au Sikkim, en Tunisie ou au Maroc.