«Tout notre travail est balayé», assène Morten Gisselbaek, membre du Collectif 500, groupement représentant les habitants du quartier des Grottes, au-dessus de la gare Cornavin. L’objet de leur colère; la présentation par la ville de Genève du projet de Plan localisé de quartier (PLQ), censé poser les derniers détails du réaménagement des Grottes à l’horizon 2032. Le Collectif 500 dénonce des agencements qui, selon lui, ne respectent ni le plan initial ni l’esprit du quartier. Le réaménagement des Grottes est prévu dans la foulée de l’extension de la gare Cornavin, qui devrait voir le trafic ferroviaire doubler d’ici à 2030 pour atteindre 100 000 voyageurs par jour.