Education

Un projet d’école embarrasse le canton de Vaud

La future Ecole du Mont-Pèlerin se propose d’accueillir à Lausanne les enfants dès 3 ans. Issus de la droite conservatrice française, les initiateurs du projet sont controversés

«Un nouvel établissement, l’Ecole du Mont-Pèlerin, ouvrira ses portes à la rentrée scolaire 2017», annonce depuis ce printemps un message électronique qui circule auprès des cercles de parents d’élèves, notamment au sein des réseaux de Valmont, l’école française de Lausanne. Le document met en avant la «pédagogie classique» et l’«encadrement privilégié». Le tout sous un slogan latin, Ad verum et bonum, «Vers le vrai et le bon».

Particularité de cette structure: elle souhaite accueillir les enfants dès l’âge de 3 ans, un an avant le début de l’école obligatoire en Suisse. Marie-Laure Jacquemond, qui est à l’origine de cette initiative, se présente dans ses e-mails comme la présidente de l’Association scolaire pour la promotion de l’éducation en pays de Vaud (ASPEV), inscrite au Registre du commerce depuis le 8 juin.

Enseignement traditionnel

Ouvertes à toutes les familles intéressées, dont beaucoup de Français, des réunions d’information se sont tenues à Lausanne. On y a vanté les principes d’une éducation «ouverte sur le monde», ce qui n’empêche pas le futur établissement de se profiler assez clairement comme une concurrence de Valmont. Plusieurs parents d’élèves se disent déçus de l’évolution récente de l’éducation nationale française et souhaitent offrir à leurs enfants, en lecture et en sciences par exemple, un enseignement plus traditionnel et davantage personnalisé.

Le projet pédagogique que présente l’ASPEV est ambitieux: «Prendre toutes initiatives et réaliser toutes actions dans le domaine de l’éducation, de l’enseignement et de la formation des enfants, des jeunes et des adultes, notamment par la gestion et l’animation d’établissements d’enseignement scolaire.» Mais ce n’est pas la première fois que Marie-Laure Jacquemond milite dans le domaine éducatif. Elle est encore, en France, trésorière de l’association Créer son école, née en 2005 pour promouvoir les écoles indépendantes de l’Education nationale ainsi que l’enseignement à la maison.

Enquêtes réalisées par plusieurs médias français

Marie-Laure Jacquemond forme avec son époux, Vincent Laarman, un couple proche des traditionalistes. Ils ont ainsi fondé l’association SOS Education, qui s’était bruyamment opposée en 2007 à l’exposition «Zizi sexuel», inspirée de l’album du dessinateur genevois Zep. En 2005, ils ont protesté contre un des sujets du baccalauréat, qui proposait de «dégager des arguments en faveur de l’autorisation légale de l’interruption volontaire de grossesse en France».

Les médias français ont enquêté à diverses reprises sur le réseau des Laarman, qui, via une série d’associations – dont SOS Education – et de sociétés spécialisées dans le marketing, promeuvent les vertus d’une économie ultra-libérale, tout en appelant au renforcement des peines judiciaires et au rétablissement des valeurs conservatrices dans l’éducation et la famille. Les Laarman travaillant eux-mêmes en famille, avec frères, cousins et épouses; cela leur a valu d’être qualifiés de nébuleuse par Libération en 2003. Ils s’expriment très peu publiquement. Ainsi, depuis le mois d’avril, Marie-Laure Jacquemond n’a plus répondu aux multiples sollicitations du Temps, à part un SMS laconique qui laissait planer le doute sur son projet.

L’Ecole du Mont-Pèlerin serait hébergée à Mont-Olivet

Malgré son nom, l’Ecole du Mont-Pèlerin ne s’installerait pas au-dessus de Vevey. Selon nos sources, elle serait hébergée à Mont-Olivet, célèbre école privée lausannoise récemment vendue et dont la chapelle accueille désormais le mouvement Ecône.

Vincent Laarman a récemment domicilié à Lausanne sa société anonyme SNI Editions. L’entreprise est spécialisée dans l’édition de sites internet et de newsletters, dont certaines payantes, sur la «santé naturelle» et les médecines complémentaires. La plus connue de ces publications, la lettre de Santé Nature Innovation, affiche plus de 800 000 lecteurs réguliers. Sur la Toile, les propos de cette publication sont régulièrement critiqués par des médecins, qui les estiment approximatifs, voire erronés. Le cancérologue anti-vaccins Henri Joyeux, radié l’année dernière de l’Ordre des médecins pour ses positions controversées, a longtemps publié des chroniques via SNI Editions.

L’Etat étudie la demande

Au Département vaudois de la formation (DFJC), le conseiller stratégique Elie Bugnion confirme que la demande d’autorisation de l’Ecole du Mont-Pèlerin est actuellement traitée par la commission consultative des écoles privées et par l’Office de l’accueil de jour des enfants. Mais la demande est désormais portée par une autre personne que Marie-Laure Jacquemond. Celle-ci a-t-elle voulu se faire plus discrète que lors de ses précédents combats?

Selon les informations du Temps, certains parents ont déjà inscrit leur enfant pour la rentrée scolaire, sans que l’Etat en soit informé. Avant son récent départ, la conseillère d’Etat Anne-Catherine Lyon estimait insuffisante la surveillance du département vis-à-vis des écoles privées et de leurs méthodes. Un groupe de travail a été mis en place en vue de renforcer le contrôle étatique. A la nouvelle patronne de l’école publique, Cesla Amarelle, de reprendre le dossier.

Publicité