La lutte contre le djihadisme en Suisse doit aussi passer par un travail de prévention local et interdisciplinaire. C'est ce que préconise le Réseau national de sécurité, qui réunit Confédération et cantons. Il publie lundi 4 juillet une série de mesures ayant pour but d'empêcher la radicalisation.

Le rapport du délégué de cette plateforme de consultation, André Duvillard, ne se concentre pas sur la sécurité, mais sur les domaines de l'éducation, du social, de la religion, de l'intégration et de l'exécution des peines, tous de la compétence des cantons. De nombreux acteurs non sécuritaires ont les moyens d'identifier précocement les tendances à la radicalisation, rappelle le délégué dans un communiqué.

Une stratégie pour faire collaborer ces différents intervenants à l'échelon régional et local, portée par les autorités politiques, permettrait d'aboutir à une prévention efficace, selon André Duvillard. Des organes spécialisés devraient aussi être chargés de fournir à la population et aux institutions des renseignements et des conseils sur la radicalisation djihadiste.

Lire aussi:  Qui sont ces résidents suisses attirés par le djihad?

Sensibilisation des parents

Les professionnels qui s'occupent des enfants et des jeunes devraient être pour leur part sensibilisés au travers de réunions et de programmes de formation continue. Les élèves, les enseignants et les parents devraient être mieux instruits sur l'utilisation d'internet et des réseaux sociaux, qui jouent un rôle important dans la radicalisation, ajoute le rapport.

En automne 2015, dans le cadre de la task force baptisée «TETRA» (pour TErrorist TRAvellers), le Groupe Sécurité de la Confédération a confié au délégué du Réseau national de sécurité la mission de recenser les mesures de prévention existantes. Sur cette base, il lui appartenait de soumettre aux cantons des recommandations sur les méthodes et procédures reconnues.

Les directeurs cantonaux de justice et police (CCDJP) ainsi que des représentants de l'Union des villes suisses et de l'Association des communes suisses ont estimé que ce rapport constituait une solide base pour des travaux ultérieurs. Ils se réuniront prochainement afin d'adapter ces recommandations et définir une approche commune de prévention de la radicalisation djihadiste.