Aller au contenu principal
Encore 1/5 articles gratuits à lire
La campagne pour le revenu inconditionnel de base n'est pas passée inaperçue. Ici, des partisans du revenu de base manifestent dans les rues de Zurich, le 30 avril 2016.
© ENNIO LEANZA

Suisse alémanique

Un revenu sans condition pour tous? A Zurich, l’idée ressurgit

Les socialistes zurichois songent à faire de leur ville un laboratoire pour observer les effets du revenu de base inconditionnel dans deux quartiers 

Evacué en votation le 5 juin dernier, le revenu de base inconditionnel (RBI) reviendra-t-il à l’initiative des villes? A Lausanne, le conseil communal, avant même le verdict populaire en avril, avait demandé à la Municipalité de plancher sur la mise en place d’un projet pilote. Le parti socialiste zurichois songe à son tour à faire de Zurich un laboratoire du RBI à l’échelle locale, comme le relate la «NZZ» ce vendredi.

Lire aussi: Le revenu de base expliqué en trois minutes

A l’origine de cette idée, un habitant du Kreis 4, un quartier au centre de Zurich, le seul en Suisse alémanique, avec le Kreis 5 voisin, à avoir approuvé le RBI l’été dernier (à 55%). A l’échelle nationale, les Suisses ont refusé à 77% ce texte, qui visait à octroyer à chaque habitant un revenu de 2500 francs, qu’il travaille ou non, qu’il soit riche ou pauvre.

«Nous pouvons réaliser cette utopie»

Exalté par l’écho médiatique international de la campagne pour le RBI, dépité à l’idée que cette idée «révolutionnaire» ne tombe dans l’oubli, ce Zurichois a envoyé un message aux politiciens locaux pour leur suggérer de prendre au mot le «oui» des Kreis 4 et 5. «Le chemin sera long, mais je suis convaincu que nous pouvons réaliser cette utopie», a-t-il écrit. Le conseiller communal Urs Helfenstein a été le seul à lui répondre.


Interactif. Notre chronologie «Revenu de base, naissance d'une utopie »


Banquier et enseignant au gymnase, lui-même habitant du Kreis 5 convaincu que le RBI a de l’avenir, il a saisi la balle au bond pour proposer à son parti d’amener l’idée au sein du parlement de la ville. «Jusqu’ici, nous n’avons fait que discuter de cette proposition. De nombreuses personnes ont des doutes, moi aussi. Mais si nous ne l’expérimentons pas, nous ne pourrons jamais l’évaluer», explique-t-il au «Temps».

Des volontaires tirés au hasard

L’élu compte déposer une motion d’ici la fin de l’année, sur laquelle le PS zurichois de la ville devra encore se mettre d’accord. Selon lui, il faudrait tirer au hasard entre 150 et 300 volontaires parmi les habitants des quartiers qui ont approuvé le RBI en juin dernier, lesquels recevraient chaque mois un revenu fixe, durant une période déterminée. Le montant ne serait pas précisé et laissé à l’évaluation de l’exécutif, mais Urs Helfenstein estime qu’il devrait être de 2500 francs, comme le proposait l’initiative fédérale.

Au parlement zurichois, le débat risque d’achopper autour du financement de ce projet, comme ce fut le cas au niveau national. Mais Urs Helfenstein se montre confiant. Aux Pays-Bas, en Finlande, au Nigeria ou encore aux Etats-Unis, des initiatives locales ont émergé pour tester cette idée.


Sur le même sujet:

Publicité
Publicité

La dernière vidéo suisse

Des gilets à 3000 francs pour l'armée suisse? Le débat divise le parlement

Le Conseil national a refusé de suivre l'avis du Conseil des Etats. Celui-ci voulait réduire de moitié la facture des nouveaux gilets de l'armée suisse. Il a été convaincu par les arguments du chef du DDPS, Guy Parmelin. La question reste donc en suspens.

Des gilets à 3000 francs pour l'armée suisse? Le débat divise le parlement

n/a