Le programme «pétrole contre nourriture» été mis en place par l'ONU en 1996 pour permettre à l'Irak d'acheter des denrées de base pour sa population malgré l'embargo très strict mis en place après la guerre du Golfe. L'Irak a vendu plus 64 milliards de dollars de pétrole dans ce cadre, dont 3,48 via des sociétés suisses.

Dès l'an 2000, le régime irakien a exigé des sociétés qui achetaient son pétrole qu'elles lui versent un dessous-de-table (la «surtaxe») de 15 à 35 cents par baril. Il aurait ainsi accumulé au moins 1,8 milliard de dollars de fonds occultes.

Au printemps 2004, pour répondre à des allégations de corruption visant notamment le chef du programme de l'ONU, Benon Sevan, le Conseil de sécurité a ordonné la mise sur pied une commission d'enquête indépendante. Ses trois membres sont l'Américain Paul Volcker, le Sud-Africain Richard Goldstone et le Suisse Mark Pieth, professeur à l'Université de Bâle. L'ancien juge genevois Laurent Kasper-Ansermet dirige les investigations hors des Etats-Unis.