La plage des Eaux-Vives, le Jet d’eau, le pont du Mont-Blanc sans oublier la Villa La Grange: ces derniers jours, le hashtag Genève a frôlé la surchauffe sur les réseaux sociaux. Venus de l’étranger pour assister au sommet entre Joe Biden et Vladimir Poutine, journalistes et membres des missions américaines et russes n’ont cessé de partager, en temps réel, leurs expériences dans la Cité de Calvin. Sans parler des innombrables articles et reportages de presse. Un coup de projecteur inespéré pour la ville, quelques semaines à peine après la venue de Roger Federer au Geneva Open qui avait déjà attiré les regards.

«Welcome to Geneva, Switzerland»: la vidéo du Jet d’eau postée sur Twitter par le journaliste star de CNN Wolf Blitzer dépasse les 60 000 vues. Qu’est-ce qu’une telle exposition peut rapporter à Genève? Pour Michael Kamm, CEO de l’Agence Trio et représentant de LSA (la faîtière des agences de communication) en Suisse romande, les retombées précises du sommet sont extrêmement difficiles à chiffrer. «Cela nécessiterait de recenser intégralement la couverture digitale et médiatique, précise-t-il. En revanche, on peut faire la démarche inverse et se demander combien aurait coûté une campagne publicitaire d’ampleur similaire.» Selon le spécialiste, des dizaines de millions de francs auraient été nécessaires. «Si on part du postulat que la diffusion générée par la rencontre est valorisée à 500 millions de francs, alors une campagne pour atteindre les mêmes objectifs aurait coûté 50 millions soit un facteur x10», précise Michael Kamm.