La réforme de l'imposition de la famille repose principalement sur l'introduction d'un splitting partiel.

Selon ce système, le revenu global des époux est divisé par 1,9 et le taux appliqué est celui qui correspond à la tranche de revenu qui résulte de cette opération. Il équivaut à 52,63% du revenu global. Comme l'IFD est très progressif, l'allégement est lui aussi progressif. Dans les grandes lignes, les couples mariés seront exonérés de l'IFD jusqu'à concurrence d'un revenu brut de 50 000 francs. Actuellement, 17% des contribuables ne paient pas d'IFD. Avec cette réforme, la proportion grimpe à 33%. Au-dessus de 50 000 francs, la réduction pour les couples mariés peut aller d'une centaine de francs (pour un revenu de 60 000 francs) jusqu'à 1500 francs pour un revenu de 150 000 francs, et jusqu'à quelque 7000 francs pour un revenu de 500 000 francs. Pour les concubins, qui paient moins d'IFD que les couples mariés lorsqu'ils touchent deux revenus, l'adaptation se fait vers le haut (entre 100 et 500 francs pour les revenus se situant entre 50 000 et 80 000 francs), à l'exception de quelques catégories de couples consensuels élevant des enfants. Le Conseil fédéral a écarté les autres formules envisagées (droit d'option pour les concubins, imposition individuelle). Il n'a pas non plus retenu, parce que les cantons la jugent trop compliquée, la solution du splitting familial défendue par le PDC. Selon ce système, les contribuables sans enfants seraient imposés individuellement. Les couples mariés et les concubins qui ont des enfants mineurs seraient imposés sur la base du splitting intégral. Le taux appliqué serait celui qui correspond à 50% du revenu global.

Le projet est additionné de toute une série de déductions. La déduction pour enfants, qui est actuellement de 5600 francs, grimpe à 9000 francs. Elle est complétée par une déduction pour frais de garde des enfants, qui peut atteindre 4400 francs au maximum. Une déduction pour primes d'assurances maladie et accidents obligatoires est proposée dans le but de remplacer l'actuelle défalcation pour primes d'assurance et revenus de l'épargne. Celle-ci reste généralement très inférieure au montant des primes d'assurances maladie effectivement payé. La nouvelle déduction sera déterminée en fonction de la prime moyenne propre à chaque canton: 3800 francs (+1000 par enfants) à Genève, 3300 francs (+950) dans le canton de Vaud, 3000 francs (+800) à Neuchâtel, 2800 (+750) dans le Jura, 2500 (+650) à Fribourg, 2000 (+550) en Valais.

S'ajoute à cela une déduction de ménage forfaitaire de 11 000 francs, accordée aux personnes seules et aux familles monoparentales.

Les familles monoparentales pourront en plus déduire un somme équivalent à 3% de leur revenu net, mais au maximum 5500 francs. Enfin, last but not least, une déduction générale individuelle de 2200 francs sera admise pour chaque contribuable. En revanche, la déduction actuellement accordée aux couples disposant de deux revenus disparaît.