Il n’a été proclamé syndic que depuis deux heures alors qu’il nous ouvre les portes de son bureau. «Je ne serai vraiment en poste qu’à partir de juillet», modère-t-il lui-même encore surpris de sa rapide ascension politique. Seul candidat à la succession d’Elina Leimgruber, le membre de Décroissance alternatives a été élu tacitement ce mardi. Municipal depuis moins d’un an, il endossera bientôt le rôle de vétéran dans un collège uniquement formé de nouveaux arrivants. Après une législature si catastrophique qu’elle en était devenue comique, il aura surtout pour mission de rétablir la confiance dans l’exécutif. Et de convaincre de l’efficacité d’une syndicature de gauche de la gauche. Portrait d’un «objecteur de croissance».

Lire aussi: A Vevey, reconstruire sur des ruines