Aller au contenu principal
Encore 1/5 articles gratuits à lire
Au moins 130 bulletins frauduleux ont été signalés lors des élections au gouvernement valaisan, en mars dernier. Ils étaient favorables à Oskar Freysinger.
© OLIVIER MAIRE

Valais

Un UDC en détention préventive à la suite de fraudes électorales en Valais

Depuis la défaite d’Oskar Freysinger, les cadres de l’UDC contestaient le résultat de l’élection au gouvernement valaisan, entaché de fraude. L’auteur présumé de la tricherie est membre du parti agrarien

Après avoir longtemps agité cette affaire, les cadres de l’UDC adoptent un profil bas. Pour les deux coprésidents du parti dans le Valais romand, Jérôme Desmeules et Cyrille Fauchère, «l’UDC attend de la justice qu’elle atteste formellement de la responsabilité de l’auteur de la fraude et qu’elle le condamne de manière exemplaire, sans compromis, avec toute la sévérité requise pour de tels agissements».

Ce mercredi, le Ministère public valaisan a placé en détention préventive l’auteur présumé de la fraude électorale qui a entaché les élections au gouvernement de mars dernier. Membre de l’UDC du Haut-Valais et âgé d’une trentaine d’années, le jeune homme a été candidat au Conseil communal de Naters, et membre du comité des jeunes de son parti.

L’UDC attend de lui qu’il tire les conséquences de son comportement et démissionne immédiatement

Dans l’impossibilité d’entrer en contact avec le suspect, l’UDC du Haut-Valais a transmis un communiqué de presse aux médias locaux: «Si les actions qui sont reprochées à l’accusé sont avérées, l’UDC attend de lui qu’il tire les conséquences de son comportement et démissionne immédiatement.» Dans le cas contraire, le parti initiera une procédure d’exclusion.

Lors du second tour de scrutin, qui a été fatal au ministre UDC Oskar Freysinger, au moins 130 bulletins de vote frauduleux ont été signalés dans trois communes du Haut-Valais, Naters, Brigue et Viège. L’UDC du Valais romand a recouru contre les résultats de l’élection. Elle a aussi demandé l’ajournement de l’assermentation du nouveau Conseil d’Etat, sans succès. Sèchement sanctionnée par le parlement, elle a saisi le Tribunal fédéral.

Lire aussi: Le gouvernement valaisan prête serment malgré les protestations de l’UDC

Des votes pour Oskar Freysinger

Plusieurs citoyens n’ont jamais reçu leur matériel de vote alors que leurs suffrages ont été comptabilisés. Leurs enveloppes ont vraisemblablement été subtilisées dans les boîtes aux lettres avant d’être munies d’une signature contrefaite. Dans une dénonciation pénale adressée au Ministère public et dans un second recours destiné au Grand Conseil, des cadres de l’UDC accusaient un démocrate-chrétien domicilié à Naters et originaire du Kosovo: «Il aurait collecté les enveloppes de la communauté albanaise.»

Lire aussi: Après sa défaite, l’UDC valaisanne accuse la communauté albanaise

Fin mai, le Walliser Bote révélait qu’au moins cinq bulletins de vote frauduleux avaient été interceptés avant d’être glissés dans l’urne. Ils ont été transmis au Ministère public. La signature était à chaque fois identique et chacun de ces votes était favorable à Oskar Freysinger. Officiellement battu de 2124 voix par le libéral-radical Frédéric Favre, le ministre UDC accusait sans doute un retard plus important.

Au premier tour de scrutin, alors que les Valaisans déterminaient aussi leur parlement, 55 votes frauduleux ont été recensés à Naters et à Brigue. Si ces bulletins étaient eux aussi favorables à l’UDC, alors la composition du Grand Conseil a été tronquée. Les chrétiens-sociaux haut-valaisans ont peut-être été injustement délestés d’un siège par le parti agrarien.

Elle aussi membre de l’UDC, la compagne du fraudeur présumé a été élue députée suppléante au parlement lors de cette élection. Selon son parti, elle démissionnera. Le Ministère public entend désormais poursuivre son enquête, «afin de vérifier les aveux de l’auteur, ses mobiles, l’ampleur de ses gestes et l’éventuelle implication de tiers.»

Publicité
Publicité

La dernière vidéo suisse

Des gilets à 3000 francs pour l'armée suisse? Le débat divise le parlement

Le Conseil national a refusé de suivre l'avis du Conseil des Etats. Celui-ci voulait réduire de moitié la facture des nouveaux gilets de l'armée suisse. Il a été convaincu par les arguments du chef du DDPS, Guy Parmelin. La question reste donc en suspens.

Des gilets à 3000 francs pour l'armée suisse? Le débat divise le parlement

n/a