C’est la grande question que se posent de nombreux acteurs politiques et économiques suisses: la future coalition au pouvoir en Allemagne pourra-t-elle jouer un rôle de médiatrice des intérêts suisses auprès de l’Union européenne? Rares sont ceux qui y croient, même si l’épisode de la «cavalerie» que menaçait de lancer Peer Steinbrück à l’assaut du secret bancaire en 2009 appartient au passé.