La loi est claire: ne pas utiliser un passage piéton situé à une distance de moins de 50 mètres est une faute et l’amende s’élève à 10 francs suisses. Le 30 septembre 2015, Renate T*, 75 ans, a commis cette erreur. Cela arrive à tout le monde, presque chaque jour. Mais la Genevoise a reçu le 1er avril 2016 (et ce ne fut pas un poisson) une ordonnance pénale d’un montant de… 2610 francs pour le motif invoqué plus haut et pour s’être engagée «sans circonspection sur la chaussée avec accident et blessés». Le mot blessé figure au pluriel sur l’ordonnance, ce qui est surprenant. Il aurait dû être conjugué au féminin car Renate T. est la personne qui a été accidentée.

Les faits: ce jour de septembre, la septuagénaire qui vient de faire ses courses à la Migros du Grand Saconnex traverse à 12h31 la chaussée (en dehors du passage protégé donc) pour rejoindre son véhicule. A ce moment précis, elle est heurtée par un véhicule qui effectue rapidement une marche arrière pour récupérer une place de parking qui vient de se libérer. Le pied gauche de Renate est écrasé. Le conducteur se précipite, appelle les secours tout en s’excusant de ne pas l’avoir vue. Elle est dirigée vers les Urgences des HUG, quatre fractures sont diagnostiquées, un plâtre est posé et on lui fournit des béquilles.

Si physiquement Renate va un peu mieux sept mois plus tard, sa santé mentale est fragile. Elle a perdu son mari en début d’année et se bat désormais avec un litige qui la dépasse, la révolte et use ses nerfs. «Je ne comprends rien à cette affaire, témoigne-t-elle. Je suis fautive puisque je n’ai pas traversé au bon endroit, mais j’ai voulu aller au plus vite. J’ai été renversée par une voiture qui n’a pas eu une seule raye et je dois payer une amende de 2610 francs. C’est incroyable d’autant que la patrouille de service a été aimable, ils ont ramené mon véhicule et mon chien à mon domicile».

Le service des contraventions a confirmé l’amende de 2610 francs, mais ne souhaite pas faire de commentaires car une instruction est en cours, «qui requiert le secret». Le montant se détaille ainsi: 10 francs pour la non utilisation du passage protégé, 2100 francs pour un engagement sur la chaussée avec accident et blessure, 500 francs au titre d’émoluments (frais administratifs). Le 7 avril, Renate T. a fait opposition à cette ordonnance pénale. Elle n’a pas encore engagé son conseil juridique dans cette affaire, mais le fera si elle n’obtient pas l’annulation de son amende. «De mon côté je n’ai réclamé aucune indemnité pour le préjudice subi alors que je souffre de séquelles», plaide-t-elle.

* Nom de famille connu par la rédaction