L'insurrection engagée parl'Armée de résistance du Seigneur (LRA) en 1986 contre le président ougandais Yoweri Musevini, qui s'est imposé par la force, a fait des dizaines de milliers de morts et déraciné près de 1,7 million d'habitants au nord de l'Ouganda.

La LRA, qui s'est aujourd'hui repliée dans le nord de la République démocratique du Congo (RDC), prône un régime basé sur les Dix Commandements de la Bible. Et se distingue par sa réputation atroce: Joseph Kony et ses commandants rebelles sont tristement connus pour leurs abus sur les enfants, kidnappés et enrôlés de force dans leur armée ou utilisés comme esclaves sexuels.

Le 30 septembre dernier, près de 1200 réfugiés de la RDC ont gagné à pied le sud du Soudan pour fuir les attaques de ces rebelles ougandais. Des réfugiés ont fait état d'enlèvements d'enfants, de maisons incendiées et d'actes de sauvagerie. Les insurgés ont bloqué les voies d'accès, contraignant les réfugiés à marcher dans la jungle et à franchir des marécages, alors que la région connaît de fortes pluies et des inondations. «Des corps flottant dans des rivières ont été aperçus, selon des informations non confirmées», a fait savoir le Haut-Commissariat de l'ONU pour les réfugiés (HCR).

Joseph Kony, né en 1961, est recherché depuis juillet 2005 par la Cour pénale internationale (CPI) de La Haye, de même que trois de ses commandants, pour crimes contre l'humanité et crimes de guerre.