Une histoire belge occupe cette semaine les juges genevois. Ses ingrédients ont quelque chose de romanesque. Un empire brassicole, une fortune colossale, des montages financiers, des actions au parcours étrange, une famille déchirée, des héritiers à la dérive et une possible trahison. Sur le banc des prévenus, celle que ses proches prénomment Fara, avocate au Barreau luxembourgeois au moment des faits, conseil de feu la vicomtesse Amicie Bailo de Spoelberch, est accusée d’avoir spolié cette richissime famille et dissimulé le produit de son crime en utilisant la place financière suisse.