Pour informer les automobilistes de ce gros changement dans leurs habitudes, une signalisation «claire et sans équivoque» indiquera le comportement à adopter, selon l’Office fédéral des routes, qui donne plus d’explications sur son site.

Les travaux d’installation et les tests du projet «BAU Active» sont terminés. Après une dernière fermeture de l’autoroute dimanche dans la nuit pour retirer les caches sur la signalisation lumineuse, le dispositif sera prêt à fonctionner, pour autant que la neige et le brouillard ne perturbent pas l’exercice.

Dès lundi 18 janvier, les ralentissements ou bouchons survenant après 16h00 entraîneront l’ouverture de la bande d’arrêt d’urgence au trafic. Une semaine plus tard, le système sera opérationnel durant toute la journée.

Des flèches vertes signaleront que la BAU est utilisable. Si la circulation est fluide et que les seules deux voies traditionnelles sont autorisées, aucune signalisation particulière ne sera visible.

La BAU ne pourra pas être activée en cas de brouillard dense et de neige, celle-ci étant stockée sur la bande d’arrêt d’urgence lors du déneigement. Le système est piloté par la centrale à la Blécherette. Des capteurs mesurent la densité du trafic et des caméras de surveillance permettent d’intervenir en temps réel.

En cas de panne, l’usager peut s’arrêter comme d’habitude sur la BAU si celle-ci est fermée. En cas d’activation de la BAU, l’automobiliste malchanceux aura la possibilité de se ranger dans dans les six nouvelles places d’arrêt qui sont semblables à ce que l’on trouve actuellement dans les tunnels.

Ce système intéresse aussi Genève. Le Grand Conseil a adopté récemment une motion invitant l’exécutif à faire les demandes en ce sens auprès des autorités fédérales.