Mis à part les problèmes de drogues, la Lake Parade 2005 est un succès! Sous un ciel clément, plus de 250 000 personnes se sont rassemblées le long des quais de la Rade pour assister à la manifestation. Cette première édition, hors des Fêtes de Genève, n'a pas perdu en popularité au grand soulagement des organisateurs. Dès 15 heures, une vingtaine de «love mobiles» ont défilé devant un public familial jusqu'en début de soirée. A cette heure, la fête a encore des airs bon enfant. Sur les chars revêtus de banderoles anti-tabac, anti-alcool, stop-sida, pro-recycling, les Drag-Queens partagent la scène avec des écoles de danse genevoises et au sol la faune nocturne se fond au public genevois. Arrivée au parc des Eaux-Vives, la fête prend une tout autre apparence. La manifestation carnavalesque se transforme en une grande messe techno: les familles cèdent la place aux noctambules, les quatre heures de défilé ont chauffé le public. La Lake Sensation a attiré 100 000 personnes devant les dance-foor. Pari donc gagné pour les organisateurs, l'indépendance de la Lake Parade n'a pas pesé sur son succès. La large gamme de genres musicaux a attiré un public de tout bord. Les différentes scènes alignées tous les cent mètres proposent non seulement toutes les déclinaisons du style techno (Trance, House, Hardcore, Goa…), mais également des sons latino. Malheureusement, vu les problèmes de drogue survenus pendant la soirée, la fête se termine en queue de poisson. Les gens sont priés de rentrer chez eux dès 3 heures de matin, le «After» prévu à l'Usine étant annulé.