Cette session parlementaire marquera-t-elle un point de bascule en matière de politique européenne après l’abandon de l’accord-cadre le 26 mai dernier? Les élus les plus europhiles du Conseil national veulent en tout cas le croire. Après avoir accepté un postulat pour rouvrir l’option d’une adhésion à l’Espace économique européen (EEE), la Chambre basse a approuvé ce mardi 15 mars une initiative parlementaire sur «la poursuite et la facilitation entre la Confédération et l’UE». Très lézardé dans le dossier de l’accord-cadre institutionnel, le front des partisans d’un renforcement de la voie bilatérale s’est reconstitué, ainsi que le montre le score: 127 voix pour et 58 contre.