Il y avait une lacune à combler. Les projets d’énergie éolienne avaient beau se multiplier ces dernières années, en particulier le long de la chaîne du Jura, aucun document provenant des autorités ou des promoteurs de cette forme d’énergie ne permettait d’avoir une vue d’ensemble des implantations envisagées.

C’est à cette réalisation que s’est consacré Bernard Chapuis, un ingénieur et écologiste neuchâtelois de la première heure, qui combat aujourd’hui l’arrivée des turbines dans les paysages de l’Arc jurassien. Membre du comité de la Fédération Pro Crêtes, il est aussi président des Amis de la Tête-de-Ran/La Vue-des-Alpes, une association dont le combat est l’un des plus anciens du genre.

438 machines

Le travail de Bernard Chapuis est donc d’inspiration militante. Il n’en apporte pas moins les informations de base utiles à tous ceux qui s’intéressent à ce dossier. «Aucun promoteur n’a jamais contesté notre carte», assure l’auteur. Ce que confirme indirectement le secrétariat de Swiss Eole, l’association pour la promotion de l’énergie éolienne, qui n’avait pas connaissance de ce document et qui ne dispose pas de sa propre carte.

La carte de la Fédération Pro Crêtes recense à ce jour 45 projets éoliens, pour un total de 438 machines. «Mais ce n’est qu’une vue partielle de l’ampleur des bouleversements paysagers attendus», souligne Bernard Chapuis. En effet, les projets sont portés sur la carte uniquement sur la base des plans directeurs, des plans d’affectation ou des plans des promoteurs ayant fait l’objet d’une communication.

La statistique de Swissgrid, société nationale pour l’exploitation du réseau électrique, montre d’autre part que près de 1000 machines sont candidates pour obtenir la subvention de rachat au prix courant (RPC), ce qui a déjà été promis à 470 d’entre elles (état au début mai 2012).

Bernard Chapuis modifie sa carte au fur et à mesure que les informations se précisent, comme lors de la récente présentation de la planification éolienne vaudoise. «L’Etat de Vaud mentionne 67 éoliennes pour les projets définitivement retenus, alors que nous avions 71, explique-t-il. Nous allons tenter de savoir d’où vient la différence. En revanche, il faudra compléter la carte en y ajoutant cinq sites retenus sous conditions dont nous n’avions pas connaissance.»

Pour l’heure, le site de la Givrine figure toujours sur la carte, alors que le canton de Vaud vient de le rayer de la liste en raison du risque d’interférence avec les radars de MétéoSuisse.

Bientôt des visites en 3D

La carte de Pro Crêtes fournit les données disponibles sur l’identité des promoteurs, les caractéristiques techniques du projet et les objectifs de production. Le point faible concerne le niveau d’avancement politique des dossiers. Cette carte ne permet pas de voir que les projets dans le canton du Jura sont suspendus en attendant l’élaboration de la future conception directrice cantonale de l’énergie, ni que le projet du Noirmont est freiné par un moratoire communal de dix ans.

Mais, après la présentation de la planification vaudoise, Bernard Chapuis envisage d’utiliser des couleurs pour distinguer entre les projets désormais adoubés pas les autorités des cantons et ceux qui ne le sont pas encore. Par ailleurs, Pro Crêtes prévoit de mettre prochainement sur son site web des vidéos qui permettront de parcourir en trois dimensions les tronçons de la chaîne du Jura peuplés d’éoliennes.