Deux alpinistes sont décédés vendredi matin en raison d’une importante chute de séracs – de gros blocs de glace – au Grand Combin (VS) tôt vendredi matin. Neuf autres ont été blessés, dont deux grièvement. L'accident a eu lieu à 3400 mètres d’altitude, lors de l’ascension du Grand Combin par la «Voie du Gardien», sur la commune du Val de Bagnes. Dix-sept alpinistes se trouvaient à cet endroit, selon la police cantonale valaisanne. L’alerte a été donnée vendredi matin vers 6h20.

Deux personnes sont décédées sur les lieux de l’accident. Il s’agit d’une Française âgée de 40 ans domiciliée en France ainsi que d’un Espagnol de 65 ans domicilié en Espagne. Neuf montagnards ont été héliportés à l’hôpital de Sion ainsi qu’au CHUV à Lausanne. Deux d’entre eux sont grièvement blessés. D’autres alpinistes ont été évacués par hélicoptère de l’endroit de l’événement, précise la police cantonale.

Instruction ouverte

De nombreux sauveteurs se sont rendus à bord de sept hélicoptères d’Air-Glaciers, d’Air-Zermatt et de la REGA sur le Grand Combin, un sommet culminant à 4314 mètres, situé entre le val de Bagnes et celui d’Entremont.

Lire aussi: A bord d’un hélicoptère d’Air-Glaciers, aux côtés des anges gardiens venus du ciel

«Lorsque l’isotherme du zéro degré se situe aux environs de 4000 mètres d’altitude, il vaut mieux redoubler de prudence ou renoncer à la course en cas de doute. La règle d’or est de se renseigner en amont de la course choisie et de la faisabilité du moment auprès des gardiens et des guides de montagne», souligne encore la police cantonale.

Le Ministère public a ouvert une instruction afin de déterminer les circonstances de cet événement.

Sur les lieux de l'accident, les morceaux de glace fragmentés par la chute «avaient la taille de chaise» et s'étalaient sur plusieurs centaines de mètres de long et de large, détaille le responsable de l'intervention chez Air-Glaciers. Ce dernier note aussi que de telles chutes de séracs «sont très difficiles à prévoir en haute montagne et auraient pu se produire une heure plus vite ou plus tard. Les alpinistes ont joué de malchance.»