Un homme est décédé mercredi soir après avoir été frappé d'au moins six coups de couteau, dans l'immeuble de la Grand-Rue où il logeait, au cœur de la Vieille-Ville de Genève. Selon les premiers éléments de l'enquête, son agresseur ne serait autre que son fils.

Vers 20 heures, des témoins ont entendu des cris puis un bruit de cavalcade s'échapper d'une fenêtre du 1er étage, celui de l'appartement de la victime. La course-poursuite s'est achevée dans l'allée de cet immeuble résidentiel, où le locataire, un Suisse de 55 ans, a été retrouvé baignant dans son sang.

L'agresseur présumé a été interpellé au dernier étage de l'immeuble. Il s'agit du fils de la victime, âgé de 27 ans. Il sera auditionné ce vendredi par le juge d'instruction Vincent Fournier. En charge de l'enquête, le magistrat a indiqué jeudi qu'il entendra le prévenu en vue de l'inculper de meurtre, voire d'assassinat. Quant à l'origine de l'altercation et au mobile du parricide, le juge d'instruction ajoute qu'il pourrait s'agir d'une question d'argent.

«Cela devait être peu avant 20 heures mercredi, lorsque j'ai entendu crier. Je ne sais pas qui a averti la police, mais elle est arrivée très vite après, en quelques minutes. Elle a alors bouclé le périmètre jusqu'à une heure du matin environ», témoigne un habitant du quartier. La victime, de profession libérale, «vivait dans l'immeuble depuis moins d'un an et, bien que je n'aie que très peu vu cet homme, je peux dire qu'il avait l'air aimable», se souvient le voisin.

Le juge Vincent Fournier, sur la base des informations fournies par la police, signale que l'auteur présumé du parricide ne possédait pas de casier judiciaire et était officiellement domicilié chez sa mère tout en séjournant de temps à autre chez son père.