Les mots sont forts. L’absence d’accord-cadre avec l’Union européenne (UE) aura «des répercussions directes et indirectes considérables», juge Astrid Epiney, professeure de droit international et rectrice de l’Université de Fribourg. Celle-ci a été mandatée par le Groupement des entreprises multinationales (GEM) et la Fédération des entreprises romandes (FER Genève) pour faire une étude sur l’état de la relation entre la Suisse et l’UE. Ses conclusions sont pour le moins inquiétantes. «Les milieux économiques s’alarment de la situation et appellent à remettre en urgence ce dossier au centre des priorités», en déduisent les mandataires.