Les radicaux du district de Martigny veulent ouvrir la liste du Parti radical valaisan pour l'élection au Conseil d'Etat, dont le premier tour se déroulera le 4 mars prochain. C'est aujourd'hui que les membres du parti se réunissent à Charrat. Jusqu'ici, la candidature unique du président de Port-Valais et président du parti, Claude Roch, n'avait pas rencontré de réelle contestation.

Mais, jeudi soir, les radicaux du district de Martigny ont voté en faveur d'une liste ouverte. Vendredi, l'ex-présidente du parti et ancienne députée Cilette Cretton, de Martigny, a annoncé qu'elle entendait se mettre sur les rangs dans le cadre d'une liste ouverte. Cette annonce de candidature à la candidature fera d'abord l'objet d'un débat sur le principe d'une liste à plusieurs noms, alors que les radicaux n'ont mathématiquement droit qu'à un siège. «A partir du moment où l'on dit qu'il faut jouer l'ouverture et que le district en décide ainsi, j'estime qu'il est légitime de présenter une candidature», précise-t-elle.

Cela dit, toutes les autres associations radicales de district ont prôné une liste fermée, donc un seul candidat, soit Claude Roch. Chez certains radicaux, sans contester les qualités de ce candidat, un malaise est toutefois perceptible face à la manière dont celui-ci a été choisi et imposé par les instances dirigeantes du parti, alors même qu'il s'est donné de nouveaux statuts visant à développer une culture plus démocratique, où le dernier mot revient à une assemblée de membres.

Cilette Cretton ne se fait pourtant guère d'illusions sur ses chances devant ladite assemblée, puisque les jeux semblent faits. Mais elle n'exclut pas de se lancer seule sur une autre liste, pour offrir un choix aux électeurs, et surtout aux électrices valaisannes. Car aucune femme ne s'annonce dans la course au Conseil d'Etat. Elle pourrait envisager d'ici lundi, date du dépôt des listes, de proposer cette alternative.