La Bâloise Monika Dusong, mariée à un Jurassien, s'est fait son nid à Neuchâtel. Après avoir redressé les finances de la ville, la première femme élue au Conseil d'Etat a astucieusement évité les peaux de bananes accompagnant son arrivée au Château: système carcéral déliquescent, bisbilles à la police, réforme hospitalière contestée. Forte tête, n'appréciant guère la contestation, elle a pris les problèmes à bras-le-corps et administré des remèdes qui portent sa patte.

Il n'y a pas de milieu: on apprécie ou on déteste cette dame de fer, qui s'est fait des partisans à droite et des ennemis à gauche, notamment lorsqu'elle a regretté la grève des fonctionnaires. La tension est retombée et Monika Dusong, devenue femme d'Etat, se montre plus ouverte, privilégiant la négociation au diktat.