Genève

Une histoire de la mobilité genevoise, avant le Léman Express

Un ouvrage présente les différents modes de transport utilisés hier et jadis dans la région de Genève. Où l’on apprend que le déplacement en tramway était le plus prisé, avant que la voiture ne s’impose et ne crée une forme de chaos

On peut publier un livre très documenté et être capable de le résumer en deux coups de crayon sur une feuille de papier. «Ici, c’est Genève qui a envoyé ses trains vers Lausanne et toute la Suisse, là, c’est la Haute-Savoie qui a envoyé les siens à l’ouest vers toute la France. Et en cent trente ans, personne n’a pensé à une transversale qui relierait ces voies de chemin de fer. C’est tout de même incroyable!»

Sourire dépité et un brin moqueur de Claude Barbier, historien, auteur avec l’architecte-urbaniste Pierre-François Schwarz d’Aller et Venir. Transports et mobilité dans le Pays de Genève. L’ouvrage tombe à pic au moment où Suisses et Français lancent enfin une passerelle entre leurs réseaux respectifs. Le Léman Express, RER transfrontalier aux 45 gares et 230 kilomètres de rail, a commencé à circuler le dimanche 15 décembre. L’occasion était belle pour enclencher la marche arrière et rappeler que nos ancêtres, des plus anciens aux plus récents, ont réfléchi bien avant nous à la mobilité avec parfois une bonne longueur d’avance.