Genève

Une initiative veut faciliter les oppositions aux expérimentations menées sur des animaux

Aucun parti représenté au Grand Conseil genevois ne soutient la Ligue suisse contre l’expérimentation animale et pour le droit des animaux. Cela n’empêche pas son président de vouloir transformer un système où l’éthique ne serait pas au centre des préoccupations, ce que contestent les chercheurs

Lors des élections cantonales du printemps 2018, Luc Fournier se sentait entouré. «Plusieurs candidats socialistes, verts et Ensemble à gauche avaient exprimé leur soutien à l’initiative «Pour un meilleur contrôle de l’expérimentation animale» dans le questionnaire électoral que nous avions diffusé», se remémore le président de la Ligue suisse contre l’expérimentation animale et pour le droit des animaux (LSCV, ex-Ligue suisse contre la vivisection). Une année plus tard, il se sent bien seul. En préparation du débat prévu jeudi au Grand Conseil genevois, aucun parti n’a déclaré soutenir l’initiative. Les Verts, qui ont adopté une position favorable au sein de la Commission de la santé, ont finalement changé d’avis. «Nous sommes très sensibles à cette problématique et sommes opposés à l’expérimentation animale. Cependant, nous ne pouvons pas soutenir un texte qui, en violant le principe de collégialité, est contraire au droit supérieur», explique la députée Alessandra Oriolo.

A Genève, les expérimentations scientifiques menées avec des animaux sont soumises à autorisation de la Direction générale de la santé. Avant cela, une commission indépendante composée de sept membres délivre un préavis. Comme tout aréopage de ce genre, elle fonctionne selon la règle de la collégialité. Or, le texte de la LSCV veut précisément nantir chacun de ses membres du droit de faire appel contre une autorisation, individuellement et indépendamment des autres commissaires. La consultation d’un expert externe dans le cadre de son appel serait à la charge du récalcitrant, mais la démarche le délierait du secret de fonction auquel il est d’ordinaire soumis.