Charles Pictet, associé de la banque Pictet & Cie

«Je trouve formidable que Lukas Mühlemann, patron d'une grande entreprise, intervienne et fasse des propositions dans le débat politique et économique intérieur. J'émets cependant des doutes sur certains points touchant aux privatisations de secteurs publics comme la télévision et les transports. Les chaînes publiques participent à l'unité nationale. Il faut préserver ce rôle. Pareil pour les transports: les zones reculées sont desservies grâce aux pouvoirs publics. Les privatisations doivent tenir compte des particularismes. Quant aux écoles, il est vrai qu'on pourrait être plus flexibles en permettant aux parents de choisir, par des incitations financières, les lieux de scolarité de leurs enfants. S'agissant des institutions politiques, je suis en revanche partisan du maintien de la démocratie directe. Aucun modèle étranger n'a apporté la preuve qu'il était meilleur que le nôtre.»