Amateurs de vélos, rollers, skates, trottinettes ou simplement de marche à pied, rendez-vous vous est donné le dimanche 3 septembre pour la première journée suisse sans voitures, autour du lac de Morat. A l'initiative du groupe de travail Human Power Mobility (mobilité à force humaine, HPM) de la fondation «La Suisse à vélo», un circuit entièrement asphalté de 27 kilomètres a été imaginé autour du lac. Le tracé de cette journée de démonstration sera libéré de toute circulation automobile entre 10 h et 17 h. Une trentaine de communes sont impliquées dans la mise sur pied de l'événement, ouvert à tous et gratuit.

Tout au long du parcours, qui traversera Avenches, Morat et le Vully, des animations seront organisées par les sociétés locales, les commerçants, les restaurateurs ou les offices du tourisme. A Avenches, des visites guidées de la cité, des animations de rue avec des clowns et des musiciens ainsi qu'un skate park permettront à chacun de se détendre. Six trains spéciaux, mis à disposition par les CFF, achemineront les participants et leur vélo à destination, depuis Zurich, Bâle, Berne, Genève, Lausanne et Neuchâtel. Attention, il est impératif pour les cyclistes de réserver leur place à un guichet CFF.

A l'instar de ce qui se fait en Allemagne ou en France, les organisateurs désirent promouvoir les moyens de transport dépourvus de motorisation. La fondation «La Suisse à vélo», créée en 1995, est chargée de la mise en valeur et du développement du cyclotourisme. Depuis 1998, elle tente de promouvoir le concept Human Power Mobility. La fondation a, entre autres, obtenu un contrat d'entreprise général pour intégrer le projet au sein d'Expo.02. Les concepteurs de HPM ont été mandatés par les dirigeants de l'exposition nationale afin de favoriser un déplacement écologique des personnes entre les différents arteplages du site.

La première édition de slow up doit en appeler d'autres. La journée de découverte du 3 septembre doit permettre une prise de conscience de la part des autorités et de la population de la nécessité d'un développement durable de ce type de mobilité. Peter Anrig, directeur de la fondation «La Suisse à vélo», désire «que la Suisse atteigne une position de leader pour des offres durables en matière de mobilité combinée dans les loisirs et le tourisme». Les responsables de «La Suisse à vélo» espèrent ainsi créer des synergies entre les sociétés de transports publics et le projet HPM afin de voir fleurir ces prochaines années d'autres slow up dans tout le pays. Peter Anrig précise qu'il ne s'agit en aucun cas «d'une campagne contre la mobilité automobile, incontestablement utile, mais bien d'une action visant à favoriser d'autres types de moyens de transport».

Informations: www.slowup.ch