Mère d’une fille handicapée, Anne Emery-Torracinta préside depuis 2002 la branche genevoise de l’assocation Insieme, qui défend les intérêts des personnes vivant avec une déficience mentale. Le comité de cette association soutient la candidature de la socialiste. «Tout au long de ces années, elle a relayé au sein du Grand Conseil les préoccupations des personnes mentalement handicapées et de leurs proches, n’hésitant pas à faire des interpellations et à déposer des motions ou projets de loi pour que ces personnes ne soient pas oubliées et prétéritées», écrivent les vice-présidents de l’association dans une lettre adressée aux 1200 membres parents, amis et de soutien de l’association.

La démarche fait grincer quelques dents: une association subventionnée par les pouvoirs publics n’a pas à s’engager de la sorte en politique, relèvent les critiques. La candidate rejette le reproche: «Il ne s’agit pas d’un engagement public dans une campagne politique, mais d’une lettre adressée exclusivement aux membres. De surcroît, ce soutien n’a rien coûté, puisqu’il a été fait par mail ou joint à un autre courrier qui devait de toute façon être adressé aux membres ne disposant pas d’une adresse électronique.»