Heurts

Une manifestation dégénère à Berne

Des protestations suite à l’évacuation d’un squat dans la capitale ont tourné à l’affrontement avec la police. Bilan: une dizaine de blessés et plusieurs milliers de francs de dégâts

Projectiles, barricades en feu, balles en caoutchouc et gaz lacrymogènes: une manifestation près du centre culturel Reitschule à Berne a tourné à l’affrontement avec la police, samedi soir. Le collectif RaumRaub avait appelé à se réunir dans ce quartier près de la gare, pour protester contre l’évacuation d’un bâtiment occupé, survenue quelques jours plus tôt. Sur sa page Facebook, le groupe affirme que près de 500 personnes ont répondu à l’appel. Selon la presse alémanique, le nombre de manifestants tournait plutôt autour de 200. Face à un important dispositif policier, ils se sont vus contraints de rester autour du lieu de rendez-vous de la scène alternative bernoise.

Voiture incendiée

La situation a dégénéré vers 21 heures, lorsqu’une poignée de manifestants a installé des barricades, auxquelles ils ont mis le feu, puis lancé des pierres et des bouteilles de verre en direction des policiers, qu’ils ont aussi visés à l’aide de rayons lasers. Les agents ont répliqué en utilisant du gaz lacrymogène, des canons à eau et des balles en caoutchouc. Une voiture de livraison a été incendiée au cours des événements. Le calme est revenu peu après 23 heures.

Bilan de la soirée: dix agents, dont huit de la police cantonale, ont dû être emmenés à l’hôpital pour des blessures. Les manifestants, de leur côté, déplorent deux blessés. Les dégâts matériels se chiffrent à plus de 100 000 francs, indique la police cantonale bernoise. Six personnes ont été interpellées, puis relâchées durant la nuit. Dans un communiqué dimanche, la Municipalité de Berne, présidée depuis peu par le vert Alec von Graffenried, dénonce «les excès et la violence» et appelle au «dialogue». La ville se dit soulagée que le dispositif policier ait pu éviter que la manifestation ne s’étende à d’autres quartiers.

Troisième contestation en une semaine

C’est la troisième fois, cette semaine, que des contestations éclatent dans la capitale, suivies d’échauffourées avec la police. Mercredi dernier, ils étaient déjà quelques centaines à se rassembler pour protester contre l’intervention policière qui a délogé 19 personnes d’un bâtiment occupé à Effingerstrasse 29. Berne n’a pas fini d’entendre parler de ses squatters: dimanche matin, le collectif RaumRaub appelait déjà sur Facebook à de nouvelles actions de protestation dans les jours à venir.

Publicité