Aller au contenu principal
Encore 1/5 articles gratuits à lire
Virginia Markus en septembre dernier, lors de la parution de son livre sur l’industrie laitière.
© François Wavre | lundi13

Vaud 

Une militante végane perd un emploi à cause d’actions «illégales»

La commune de Gland a renoncé à engager l’antispéciste Virginia Markus à cause de ses méthodes, jugées incompatibles avec l’image d’un fonctionnaire municipal

Son militantisme lui a fait perdre une opportunité professionnelle. L’activiste antispéciste Virginia Markus devait être engagée en mars par la commune de Gland comme éducatrice auprès de jeunes en rupture. Elle a finalement été recalée, à cause de ses méthodes militantes, a-t-elle révélé jeudi dernier sur le plateau de Nyon Région Télévision.

Auteure d’un livre sur l’industrie du lait en Suisse, la jeune femme a eu recours à des caméras clandestines au cours de son enquête. Elle a également participé à l’occupation de l’abattoir de Vich, en décembre dernier, contre laquelle trois plaintes pénales ont été déposées.

Lire aussi: Virginia Markus, frondeuse lucide contre l’exploitation animale

La jeune femme travaille depuis plusieurs années pour l’association de réinsertion Pro-jet. Elle bénéficie d’un mandat de coordinatrice à 25% pour la commune de Gland depuis 6 mois environ. Au terme de son contrat avec Pro-jet, fin février, Virginia Markus devait être engagée par la commune de Gland dès le mois de mars. A 40% selon la jeune femme, à 25% selon Christine Girod, chargée du département Accueil de l’enfance, jeunesse et écoles de la municipalité de Gland.

«Méthodes illégales»

Qu’est-ce qui a provoqué ce revirement? «Nous avons pris connaissance des agissements de Virginia Markus à travers l’émission 26 minutes du 18 novembre, précise Christine Girod. A la mi-décembre, nous avons décidé de mettre un terme aux discussions qui se tenaient en vue d’un engagement.» La vie privée ou l’engagement politique personnel ne doivent-ils pas rester hors du champ professionnel? «Nous ne pouvons pas cautionner des méthodes illégales, répond l’élue municipale. L’appel à la désobéissance civile n’est pas compatible avec le devoir d’exemplarité qui incombe à un fonctionnaire, surtout s’il travaille avec des jeunes.»

Lire aussi: Des militants antispécistes bloquent un abattoir à Vich

Christine Girod insiste sur l’absence de licenciement. «Il n’y a pas eu de rupture de contrat. Nous avons simplement décidé de ne pas donner suite, de couper court à toute collaboration.» Elle reconnaît par ailleurs que, sur le plan professionnel, la jeune militante a toujours donné entière satisfaction.

«Criminalisation des actions de désobéissance civile» 

Une nouvelle fois, la désobéissance civile est perçue comme de la délinquance, déplore Virginia Markus. Cette décision est révélatrice de l'ignorance qui règne autour du message politique du mouvement antispéciste. Il ne s'agit pas de voler dans une caisse communale ou de taguer les murs de la municipalité, mais bien de défendre une cause prioritaire.» Malgré tout, la jeune femme ne se considère pas comme une victime. «Je peux comprendre les enjeux liés à un emploi communal, mes priorités sont les animaux et les jeunes en difficulté, qui sont les véritables victimes d'un système d'injustice.»

Privée de son futur emploi, Virginia Markus envisage de démarrer une activité indépendante qui allierait ses deux vocations: l'accompagnement de personnes en situation de vulnérabilité et l'engagement antispéciste. 

Lire aussi: Les éleveurs répliquent aux antispécistes

Publicité
Publicité

La dernière vidéo suisse

Des gilets à 3000 francs pour l'armée suisse? Le débat divise le parlement

Le Conseil national a refusé de suivre l'avis du Conseil des Etats. Celui-ci voulait réduire de moitié la facture des nouveaux gilets de l'armée suisse. Il a été convaincu par les arguments du chef du DDPS, Guy Parmelin. La question reste donc en suspens.

Des gilets à 3000 francs pour l'armée suisse? Le débat divise le parlement

n/a