Selon un journaliste local, cité par l’agence EPA sur place, qui a vu la vidéo, le couple suisse demande à Berne et à Islamabad de redoubler d’efforts pour leur libération.

«Les images ont été tirées de l’ordinateur d’un journaliste qui a reçu la vidéo», a dit à l’ATS une responsable de l’agence European pressphoto agency (EPA). Le journaliste local, basé à Dera Ismail Khan, a transmis ces images au correspondant d’EPA sur place.

Le Département fédéral des affaires étrangères (DFAE) a lui dit avoir pris connaissance des photos, sans autre commentaire. Selon Mansur Khan Mahsud, vice-directeur du FATA Research Center (FRC), qui dit également avoir vu mardi la vidéo, les images ont été tournées il y a trois ou quatre semaines.

«Les otages parlent en suisse allemand, c’est pourquoi je n’ai pas compris ce qu’ils disent», a-t-il expliqué dans une interview à «blick.ch» dont il a confirmé à l’ATS les éléments. Un verset du Coran figure en arrière-plan sur les captures d’écran.

La rançon a été augmentée de trois à quatre millions de dollars, a précisé à l’ATS le responsable du FRC qui se dit non-partisan et qui est actif dans les zones tribales où seraient détenus les deux Bernois. Le FRC avait reçu des talibans deux précédentes vidéos.

Selon ses sources sur le terrain, les négociations sont bonnes. Dix-sept combattants talibans ont été libérés jusqu’à présent, a-t-il dit.

«Le gouvernement suisse a des contacts indirects avec les talibans et ils négocient», avait assuré en octobre dernier un collaborateur des services secrets pakistanais (ISI) à dpa, tout en précisant: «Nous ne participons pas aux négociations.» «Les otages sont bien traités selon nos sources», a dit mardi à l’ATS Mansur Khan Mahsud.

Selon l’ISI, le policier bernois et sa compagne ont été dirigés, une semaine après leur enlèvement en juillet dans la province du Baloutchistan, vers la zone talibane du Waziristan du Sud, fief du Mouvement des talibans du Pakistan (TTP).

Deux vidéos, publiées en octobre, étaient venues apporter des preuves de vie des deux Suisses. Dans la première, enregistrée au mois d’août, le couple – elle a les cheveux couverts par un foulard et son compagnon portant une barbe fournie – affirment qu’ils seront tués si on ne répond pas aux exigences des talibans.

Ceux-ci réclament la libération de la scientifique pakistanaise Aafia Siddiqui, condamnée à 86 ans de prison aux Etats-Unis pour tentative de meurtre sur l’un de ses interrogateurs américains, ainsi que de talibans emprisonnés au Pakistan. La libération de la scientifique contre celle des otages avait été déjà réclamée fin juillet, par le numéro deux du TTP, Wali-Ur Rehman.

Dans la deuxième vidéo, tournée en septembre, le Bernois explique que les ravisseurs exigent la libération de moudjahidine emprisonnés au Pakistan, mais ne mentionne plus le nom d’Aafia Siddiqui. Depuis la publication de ces vidéos fin octobre, aucune preuve de vie des otages n’a été diffusée.

Le couple était parti au Pakistan pour un voyage privé. Il a été enlevé début juillet alors qu’il voyageait dans la province du Baloutchistan.