Valais

Une pétition pour faire fermer l'abattoir de Martigny a récolté 6400 signatures en deux jours

Mardi soir, une association de défense des animaux avait publié une vidéo tournée en caméra cachée au sein de l’abattoir valaisan. Elle demande sa fermeture immédiate

L'Association Pour l'Egalité Animale (PEA) a récolté en deux jours plus de 6400 signatures demandant au vétérinaire cantonal de faire fermer immédiatement l'abattoir de Martigny au vu des souffrances infligées aux animaux. Elle remet sa pétition vendredi à Sion.

«C'est un signal très fort», estime le porte-parole de l'association Fabien Truffer cité dans un communiqué diffusé dans la nuit de jeudi à vendredi. Et «si le vétérinaire cantonal prend la législation sur la protection des animaux au sérieux, il doit alors agir en conséquence et fermer cet abattoir», ajoute-t-il. Les signatures seront remises à 09h00 au Service de la consommation et affaires vétérinaires à Sion.

Une vidéo tournée en caméra cachée

Mardi soir PEA a dénoncé l'abattoir de Martigny au ministère public et au vétérinaire cantonal valaisan pour maltraitance animale. L'association a joint à sa plainte une vidéo tournée en caméra cachée qui montre l'attitude des employés à l'égard des animaux victimes de coups de pieds et d'étourdissements ratés.

Les militants antispécistes estiment que les installations de l'abattoir ne permettent pas une répétition immédiate de l'étourdissement. Le délai entre l'étourdissement de l'animal et son égorgement n'est pas respecté. Il n'y a de surcroît aucun réétourdissement immédiat en cas de reprise de conscience. Les images qui ont été envoyées anonymement à l'association montrent aussi une série d'autres infractions.

«Conformité du processus général d'abattage»

Interrogée par la RTS mardi soir, la direction de l'abattoir conteste fermement. «Les rapports obtenus par les différents organes de contrôle officiels, dont le dernier date d'octobre 2018, soit 3 mois après les vidéos volées, révèlent une conformité du processus général d'abattage». Elle compte par ailleurs déposer une plainte contre l'association.

PEA n'en est pas à sa première dénonciation. En 2017, elle avait publié des vidéos sur les conditions d'abattage dans des porcheries vaudoises. Et en 2016, une vidéo tournée par la fondation MART (Mouvement pour les animaux et le respect de la Terre) dans trois autres porcheries vaudoises avait conduit à la fermeture de deux d'entre elles.

Publicité