Samedi matin, quatre inconnus pénètrent dans le hall de l'hôtel Victoria-Jungfrau à Interlaken, où se tient une exposition annonçant la fête d'Unspunnen des 3 et 4 septembre, raout folklorique survenant 200 ans après le premier lancé de la pierre d'Unspunnen. Un caillou ovale de 83,5 kilos, symbole du folklore et des traditions bernoises et oberlandaises.

Les inconnus se précipitent vers cette pierre, sectionnent la chaîne qui la lie à son estrade et l'emportent dans un sac de sport. A sa place, ils déposent un pavé sur lequel avait été peint un écusson jurassien.

Une employée de l'hôtel a vu la scène et est partie chercher de l'aide. A son retour, les inconnus étaient en fuite. Malgré le déploiement d'un important dispositif, la police ne les a pas rattrapés et n'a pas retrouvé la pierre. Elle décrit les suspects avec des cheveux longs, l'un ayant une queue de cheval.

Soupçonné, le groupe Bélier dément être l'instigateur de l'opération, mais l'applaudit. Samedi soir, le mouvement séparatiste diffuse un communiqué qui explique qu'une semaine auparavant, des Béliers avaient diffusé un tract à Interlaken prédisant que «la Question jurassienne ferait partie des prestations touristiques» de l'Oberland.

Précieusement conservée au musée touristique d'Unterseen, la pierre avait été une première fois dérobée par le Bélier, le 3 juin 1984. Avec ce message: elle sera conservée en otage tant que les districts restés bernois de Moutier, Courtelary et La Neuveville, ne seront pas rattachés au canton du Jura.

La pierre fait parler d'elle en 1999, au travers d'un cliché du photographe bernois Michael von Graffenried, qui dit l'avoir pris dans une cave en Belgique. Elle est présentée tatouée de douze étoiles, avec la mention «6.12.1992», date de la votation sur l'Espace économique européen, et le sigle du groupe Bélier.

Le caillou mythique réapparaîtra au grand jour, miraculeusement, le samedi 11 août 2001, au Marché-Concours de Saignelégier, lors d'une réception qui voit Jean-François Roth assermenter les ambassadeurs d'Expo.02, et notamment Shawne Fielding Borer, l'épouse de celui qui était à l'époque ambassadeur de Suisse à Berlin.

La pierre sera ensuite rendue à son propriétaire, la société de gymnastique d'Interlaken. Le mystère de ce qui constituait une bonne affaire pour le gouvernement jurassien n'a jamais été levé.

«Il est évident que la pierre d'Unspunnen est à nouveau en mains jurassiennes, la traîtrise de 2001 est réparée», affirme le communiqué du Bélier, s'en prenant à d'«anciens béliers mal inspirés», accusés de l'avoir rendue en 2001. Elle redevient, à ses yeux, un otage: «Vos Excellences de Berne, si vous voulez revoir votre pierre entière, il faudra casquer. Le peuple jurassien exige sans condition la libération du Jura-Sud de la tutelle bernoise.»