L’Hôpital de La Tour à Genève intègre la liste des hôpitaux qui prônent la «smarter medicine», un anglicisme intraduisible désignant une médecine durable plus performante en luttant contre la surmédicalisation et les actes inappropriés. En Suisse romande, il est le premier établissement privé à le faire. Jusqu’à présent, ce sont surtout des hôpitaux publics, au Tessin, à Zurich, Genève et Lausanne qui avaient conclu un partenariat avec l’association faîtière «Smarter Medicine – Choosing Wisely Switzerland».

A la suite d’un mouvement né aux Etats-Unis, cette dernière est née à Berne en 2017 sous l’impulsion de l’Académie suisse des sciences médicales. Parmi ses membres fondateurs, des organisations médicales spécialisées et professionnelles, mais aussi des associations qui défendent les intérêts des patients et des consommateurs. Son but: sensibiliser le public au fait qu’en médecine, «moins, c’est parfois mieux».