Une publicité inespérée pour les taxis Uber

Mercredi, les taxis genevois ont eu fort à faire pour pallier la grève des transports publics. Leurs centrales téléphoniques ont tourné à plein régime. Jusqu’à la saturation. Mais ils n’ont pas été les seuls à en profiter. Opportuniste, la société Uber, spécialisée dans le service mobile appliqué aux transports, s’est permis une audace marketing.

Mardi soir, soit la veille de la grève, ses responsables ont publié un message promotionnel sur les réseaux sociaux. En substance, chaque nouveau client enregistrant ses coordonnées sur l’application Uber avait la possibilité d’introduire un code promotionnel pour obtenir un rabais de 25 francs sur sa première course.

Pic de fréquentation inouï

Résultat: le lendemain, les services de la société californienne implantée depuis peu à Genève ont connu un pic de fréquentation inespéré.

De nombreux usagers ont ainsi pu se déplacer en ville à moindres frais, voire gratuitement selon la distance parcourue. «Je ne peux pas vous chiffrer l’augmentation de la demande à ce stade, conclut Steve Salom, directeur de la start-up à Genève. Mais elle est énorme, déjà qu’en période normale la demande dépasse l’offre!» Mercredi vers 16h, les compteurs d’Uber tournaient encore comme des hélices.