Triste envol pour Paléo: au terme de sa deuxième soirée de concerts, un homme a été blessé de plusieurs coups de couteau aux abords du site du festival. Il a été retrouvé, conscient, par des festivaliers à 5 h 20 jeudi matin, dans un champ au sud du parking P7. La police a été alertée par le service de sécurité de la manifestation. Démunie de papiers d'identité, la victime a déclaré pendant son transport à l'hôpital de Nyon, qu'elle était de nationalité française et qu'elle séjournait au camping de Paléo depuis mercredi.

Selon les communiqués de Paléo et de la police cantonale, le blessé a dit qu'il ignorait les motifs pour lesquels il a été agressé. Ses jours ne semblaient hier soir pas en danger. Une enquête a été ouverte par le juge d'instruction de La Côte. L'après-midi même, un jeune festivalier de 19 ans, d'origine suisse alémanique, s'était noyé dans le lac au large de Nyon. Il campait également sur le site de l'Asse.

Pour Paléo, la rixe au couteau est un accident «isolé». Le mercredi soir, l'ambiance était très calme parmi les quelque 7000 campeurs. «C'était même très sympa, déclare le responsable sécurité camping, Alain Marsens. Hormis une bagarre provoquée par un petit jeune qui s'est fait dévaliser, il n'y avait rien à signaler. Le problème contre lequel nous devons lutter cette année, c'est la recrudescence des vols dans les tentes.» Les responsables de Paléo insistent bien sur le fait que l'homme poignardé a été découvert hors du périmètre de sécurité. La bagarre a donc échappé à la surveillance des 180 à 200 personnes, bénévoles et responsables, qui se relaient pour patrouiller sur le site du camping 24 heures sur 24. «Nous ne pouvons pas patrouiller jusqu'au lac!» lance le responsable du service de presse Vincent Sager. «Ce poignardé, c'est comme le jeune noyé hier après-midi: Paléo n'y est pour rien», renchérit Alain Marsens, qui déclare par ailleurs que les festivaliers ne sont pas fouillés à l'entrée du camping. La police cantonale confirme que jusqu'ici, l'ambiance du festival est plutôt calme. En 1998, elle avait procédé à 9 arrestations de dealers et saisi 1 kilo de cannabis, 300 doses de LSD et une dizaine de doses d'ecstasy. En 1995, un homme était mort par overdose au camping.

La veille de l'accident, la police municipale de Montreux avait constaté une recrudescence de la violence lors du Festival de jazz. Il est trop tôt pour savoir si le phénomène touche également Nyon. «L'an dernier à Nyon, nous avons dû faire face à des agressions, notamment à l'égard de la brigade des stupéfiants. C'était un phénomène nouveau sur le site de l'Asse», reconnaît le porte-parole de la police cantonale. Les effectifs n'ont cependant pas été augmentés depuis l'an dernier, ni chez les policiers, ni au sein du service de sécurité de Paléo. «Je ne cesse de dire qu'il faut renforcer la surveillance aux abords des festivals, dit le commissaire de la police de Montreux. Le problème, c'est que la police cantonale qui vient en renfort lors d'événements extraordinaires est débordée cet été, notamment à cause de la Fête des Vignerons. Les effectifs ne sont pas extensibles.»

Reste que la soirée nyonnaise de mercredi (Alliance Etnik, 3e Œil…) était particulièrement à redouter. Il a été constaté en France notamment que les concerts de rap et de hip-hop drainaient une population plus agressive. A Montreux, lors de la soirée où se produisait notamment le group rap les Roots, on a procédé à cinq arrestations. «Finalement, je crois qu'il est difficile de faire un rapprochement entre le comportement des gens et le style de musique, corrige le commissaire de Montreux. Les problèmes principaux viennent de gens qui ne fréquentent pas les concerts. Ils sont attirés par les rassemblements et le caractère anonyme de la fête.»

Le commissaire a également été surpris par l'effet immédiat de la baisse du prix des alcools forts. «Je n'avais jamais vu autant de bouteilles de whisky vides sur les terrains herbeux de Montreux. Nos efforts peuvent être anéantis par ce genre de mesures économiques.» Pourtant, à Montreux comme à Nyon, le débit d'alcool fort est interdit dans le périmètre de la fête.