Nouveau scandale sur le marché de la viande: après les affaires européennes qui ont défrayé la chronique en 2012 et 2013, une société suisse a falsifié des dates de péremption et des provenances et vendu du cheval pour du bœuf, révèle le SonntagsBlick . La société grisonne a également vendu du poulet suisse à des cantines scolaires pour 7 francs le kilo, alors qu’il s’agissait de volaille hongroise. La société livrait aussi des hôtels de luxe. Le président de son conseil d’administration voulait en faire le numéro quatre du pays, derrière Giganten Bell, Micarna et Fenaco. «Les prix étaient très attractifs et la société proposait d’importants rabais», explique un cuisinier lui ayant acheté de la viande pendant des années.

Antibiotiques dans la viande suisse: quant à la viande de production suisse, elle doit absolument renoncer à l’utilisation d’antibiotiques, la résistance des bactéries prenant de l’ampleur à cause d’un usage excessif des médicaments. L’inefficacité des antibiotiques apparaît comme «la plus grande menace biologique pour la santé de la population en Suisse», affirme la Commission fédérale d’experts pour la sécurité biologique (CFSB) dans un rapport rendu public par la SonntagsZeitung .

Retraites: la réforme de la retraite proposée mercredi par Alain Berset, occupe encore la presse dominicale. Pour les Verts et les syndicats, l’augmentation de l’âge de la retraite des femmes est hors de question, explique la NZZ am Sonntag . Quant aux partis bourgeois et aux représentants de l’économie, ils critiquent l’augmentation de la TVA de 1,5 % qui doit servir au financement de l’AVS. Ils souhaitent donc diviser le paquet de réforme. «Le peuple voit cela complètement différemment», souligne le journal. La population soutient ce paquet de réforme de l’AVS, selon un sondage réalisé par l’institut GfS Berne. Soixante-deux pour cent des Suisses approuvent la réforme des retraites. Le taux de soutien au projet du socialiste monte jusqu’à 70% parmi les sympathisants du PS, des Verts, des Verts’libéraux et du PBD. Il atteint encore 60% chez les adhérents du PDC et du PLR, alors qu’il n’est plus que de 51% parmi les UDC. La hausse de l’âge de la retraite des femmes de 64 à 65 ans est acceptée par 62% des sondés. Une majorité des femmes sont favorables à une retraite à 65 ans pour elles-mêmes. Les Suisses soutiennent encore à 53% une augmentation de la TVA pour financer l’AVS. «Normalement, nous restons en retrait sur les thèmes politiques», explique Werner Schärer, directeur de Pro Senectute Suisse. «Mais la sécurité des retraites est un enjeu majeur pour nous et pour les personnes âgées. Il faut faire quelque chose en ce sens», poursuit-il en confirmant qu’il soutient les propositions d’Alain Berset.

Médicaments: la consommation augmente fortement en Suisse, de 17% depuis 2010, toujours selon NZZ am Sonntag. C’est ce qui résulte d’une étude conduite par l’assurance maladie Helsana. Le médicament le plus consommé est l’anti-douleurs Dafalgan, utilisé par 1,8 million de personnes en 2013. De manière générale, les anti-douleurs représentent 8 millions d’emballage vendus. Les coûts des thérapies contre le cancer et les maladies auto-immunes prennent l’ascenseur et plus d’un million de personnes ont pris, l’an dernier, des médicaments contre la dépression, l’angoisse et d’autres maladies psychiques.

Services secrets américains: la Suisse ne veut rien savoir du lanceur d’alerte Edouard Snowden, affirme encore la NZZ am Sonntag. Selon le procureur général, une instruction concernant les activités illégales des services secrets américains en Suisse serait désespérée. Ce que les agences américaines ont fait sur sol suisse restera donc un secret, estime le journal dominical. «Cela concernerait des enjeux internationaux et les audiences ne seraient envisageables que sur la base de l’entraide judiciaire», explique Jeannette Balmer, porte-parole du Ministère public. «Pour les infractions politiques, cette solution n’est pas envisageable.» Pour l’avocat d’Edouard Snowden en Suisse, ce sont des manœuvres pour dissimuler les influences politiques du Conseil fédéral.