Sécurité

Une Suissesse a kidnappé son fils de 4 ans pour faire le djihad

Le MPC a ouvert une procédure pénale pour soupçons de terrorisme contre la jeune femme de 29 ans. Elle est de retour en Suisse. Sans son fils

Un nouveau cas de djihad lié à Winterthour? Une Suissesse de 29 ans aurait récemment tenté de rejoindre l’État islamique en Syrie, après avoir kidnappé son fils de quatre ans, souligne la NZZ. Selon son époux, un Egyptien dont elle était séparée, la jeune femme originaire de Winterthour s’est radicalisée en Egypte. Elle a quitté le pays, où elle vivait depuis son mariage en février 2010, le 26 décembre, avec visiblement l’intention d’épouser un djihadiste en Syrie et d’infliger ce mode de vie bien particulier à son fiston. Mais son périple s’est terminé il y a quelques jours à la frontière greco-turque, où elle a été interceptée.

Le père a récupéré son enfant et a pu rentrer en Egypte. La jeune femme, elle, a été rapatriée Suisse.

Contacté, le Service de Renseignement de la Confédération (SRC) précise ne pas communiquer sur ce cas «puisqu’il fait l’objet d’une procédure». Le Ministère public de la Confédération (MPC) vient en effet d’ouvrir une enquête pénale pour «soupçons d’appartenance, respectivement de soutien à une organisation criminelle (article 260 ter CP)» et «soupçons de violation de l’article 2 de la Loi fédérale interdisant les groupes «Al-Qaïda» et «Etat islamique» et les organisations apparentées» contre la jeune femme. «Elle est rentrée en Suisse et a été auditionnée. En raison de la procédure en cours, aucune information supplémentaire n’est donnée», précise Walburga Bur, porte-parole du MPC. Selon nos informations, elle n’a pas été placée en détention.

La Suissesse, qui admirait le prédicateur islamiste allemand Pierre Vogel, interdit d’entrée en Suisse en 2010, a payé des passeurs pour rejoindre la Crète en bateau depuis l’Egypte. Toujours selon la NZZ, la jeune femme qui s’était convertie à l’islam, s’habillait en niqab. Son mari l’a quittée quand elle commençait à s’intéresser de trop près à l’islam. Elle aurait été approchée par des djihadistes via les réseaux sociaux, indique le père de son enfant. Et s’était procuré le livre «Hijra to an Islamic State", indiquant précisément comme rejoindre l’organisation.

C’est la première fois qu’une Suissesse tente de partir seule en Syrie, avec un enfant en bas âge. Lors de la présentation du deuxième rapport du groupe Tetra (pour «Terrorist Travellers») en novembre, le patron du SRC, Markus Seiler, avait précisé qu'"au moins six femmes et deux mineurs «avaient quitté la Suisse pour rejoindre une organisation terroriste en Syrie ou en Irak. Les deux mineurs en question, une sœur et un frère de 16 et 17 ans, originaires des Balkans, sont rentrés en Suisse fin décembre. Ils étaient partis en Syrie un an plus tôt. Sous le coup d’une procédure pénale pour soupçons de violation de la loi fédérale interdisant les groupes «Al-Qaïda «et «Etat islamique «et de participation à une organisation criminelle, ils ont été placés en détention.

Les deux mineurs viennent, comme la mère de famille récemment arrêtée, de Winterthour. Cinq autres djihadistes en tout cas sont partis de la région pour combattre aux côtés de l’État islamique. Dont l’Allemand Valdet Gashi, un champion de boxe thaï, qui a trouvé la mort cet été en Syrie. Il avait entraîné au moins trois jeunes partis faire le djihad.

Publicité