Sécurité

Une terroriste présumée a été arrêtée en mars dans le canton de Vaud

Une Française, soupçonnée d’être une menace pour la sécurité intérieure, a été arrêtée en mars dernier dans le canton de Vaud. Cette terroriste présumée a été expulsée du pays

La police cantonale vaudoise a arrêté en mars une Française, soupçonnée d’être une menace pour la sécurité intérieure. Elle a ensuite été expulsée du territoire suisse. «L'expulsion est assortie d'une interdiction d'entrée en Suisse. Cette mesure s’inscrit dans le contexte du terrorisme djihadiste», a indiqué Cathy Maret, porte-parole de la police fédérale (Fedpol), revenant sur une information parue vendredi dans le quotidien La Côte.

L'arrestation et l'expulsion ont été mises en oeuvre par la police cantonale vaudoise, poursuit Cathy Maret. Et la porte-parole d'ajouter que «les autorités françaises ont été informées de cette expulsion».

Pas de lien avec les récentes arrestations

Le journal avance plusieurs détails non confirmés par Fedpol. La Française serait l'amie d'un jeune habitant de Gimel qui aurait lui-même été arrêté en raison de soupçons de participation à une organisation terroriste à l'âge de 17 ans. Il aurait fait un séjour en prison en juillet 2016, durant lequel il se serait radicalisé.

L'affaire de mars ne semble pas être liée avec les plus récentes arrestations de terroristes présumés. Le 14 juin, un homme était arrêté dans la région genevoise pour des soupçons similaires. De même que trois autres personnes, les 23 et 24 juin, dans le canton de Vaud. Il est reproché aux quatre prévenus d'avoir contrevenu à la loi fédérale interdisant les groupes Al Qaïda et Etat islamique et les organisations apparentées.

Publicité