«Roadshow»

Une tournée contre le PDC

En 2009, les quatre candidats à la succession de Pascal Couchepin s’étaient déjà présentés aux sections du PLR. Il fallait alors barrer la route à Urs Schwaller

La tournée électorale des trois candidats n’est en fait pas une première. En 2009, les quatre prétendants au trône laissé vacant par Pascal Couchepin avaient entrepris un «roadshow» similaire. Didier Burkhalter, Christian Lüscher, Martine Brunschwig Graf et Pascal Broulis s’étaient présentés aux membres des sections régionales du PLR à Winterthour, Lucerne et Lausanne, se souvient le second nommé. Le contexte, différent, avait justifié cette opération promotionnelle: «Nous devions faire bloc pour contrer la candidature du PDC Urs Schwaller, qui voulait nous piquer notre deuxième siège au Conseil fédéral», résume Christian Lüscher. Cette tournée avait été conçue de manière à réunir «amicalement» les militants du PLR autour des quatre candidats.

Pascal Broulis était dans la même position que Pierre Maudet aujourd’hui: il ne siégeait pas à Berne et devait combler son déficit de notoriété. Avec une différence notoire par rapport au Genevois: ses importantes lacunes en allemand. Le Sainte-Crix avait doublé cette tournée collective de rendez-vous personnels. Il avait mandaté une agence zurichoise de relations publiques et s’était présenté sur le campus de la Science City de l’EPF de Zurich devant des représentants de la haute école, de la Chambre de commerce cantonale et des médias. Il avait d’ailleurs admis que le président de l’EPFL, Patrick Aebischer, lui avait servi d’ouvreur pour l’organisation de cette manifestation.

Cela n’aura pas été très utile à Pascal Broulis, qui s’était rendu à ces rendez-vous électoraux en limousine du gouvernement vaudois. Son absence des réseaux bernois et sa méconnaissance de l’allemand lui auront été fatales. Le 29 août, le groupe parlementaire décida de présenter à l’Assemblée fédérale les deux candidatures de Didier Burkhalter et Christian Lüscher. Le jour de l’élection, le Genevois s’éclipsa au profit du Neuchâtelois afin de barrer définitivement la route à Urs Schwaller et au PDC.

Publicité