Une opération anti-mafia s'est déroulée en Suisse et en Italie, menée par la Guardia di Finanza et les autorités helvétiques. 75 personnes soupçonnées d'appartenir à la 'Ndrangheta ont été arrêtées et 169 millions d'euros de biens saisis, selon l'agence ansa.

Des perquisitions ont été effectuées dans les cantons d'Argovie, de Soleure, de Zoug et du Tessin en collaboration avec l'Office fédéral de la police (fedpol), indique mardi le Ministère public de la Confédération (MPC). Des armes, des munitions et de l'argent ont été saisis.

Une personne a été arrêtée en Argovie. Elle est placée en détention provisoire. Deux prévenus ont été auditionnés en Suisse puis libérés. Une personne a été appréhendée en Italie et une autre est déjà en détention dans ce pays.

En mars 2018: Le procès de la mafia qui voulait régner sur la Vallée d’Aoste

Blanchiment d'argent et fausse monnaie

Six personnes de nationalité italienne, dont la majorité réside en Suisse sont visées par une procédure pénale menée par le MPC. Elles sont soupçonnées de soutien, respectivement de participation à une organisation criminelle, de blanchiment d'argent, de recel, de mise en circulation de fausse monnaie, d'importation, d'acquisition et de prise en dépôt de fausse monnaie et de violations présumées de la loi sur les stupéfiants, précise le MPC dans un communiqué.

Selon les enquêtes, des activités de trafic d'armes sont également suspectées. Ces activités illégales auraient été menées en parallèle à des activités légales, notamment l'exploitation d'un restaurant. Elles auraient contribué à renforcer le pouvoir de la 'Ndrangheta, la mafia calabraise. La présomption d'innocence s'applique.

Une enquête commune

Le ministère public de la province calabraise de Catanzaro a transmis spontanément des informations au MPC au printemps 2016. Il demandait également la mise en place d'une équipe d'enquête commune.

L'analyse d'une experte: «Si on ne la voit pas, la ’Ndrangheta est pourtant bien présente en Suisse»